Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 12:11

"Je suis en colère", c'est l'appel d'un enseignant du lycée Emilie de Breteuil (78), qui tire la sonnette d'alarme sur l'avenir de la filière technologique et professionnelle STI (industrielle),  particulièrement touchée cette année du fait de la conjonction entre la mise en oeuvre de la réforme de la filière et la chute des moyens. Il faut dire que la réforme de cette filière STI, tant attendue par les enseignants eux-mêmes et sur laquelle ils avaient été consultés il y a quelques années, arrive au pire moment, en pleine suppression de moyens humains. La rentrée 2011, c'est d'abord 16000 postes en moins dans le public, alors que la réforme de la STI renommée STI2D (Sciences et Techniques de l'Industrie et du Développement Durable) entre en application avec d'énormes besoins de formation des enseignants. Une catastrophe annoncée mais évitable si on se donnait du temps.


STI2DNouvelle.pngLa filière STI passe de onze à quatre spécialités (EE, SIN, ITEC, AC). Il n'y aura plus de véritable spécialité, et les profs vont se retrouver à construire de nouveaux cours en très peu de temps, dans des domaines où ils n'ont pas encore été formés. En fait, cette réforme, plutôt ambitieuse, cache un véritable plan social de l'enseignement technologique public en France, qui arrive à point nommé pour le Ministre pour arriver à "absorber" les 16000 postes. Sur trois ans, la moitié des enseignants en STI risque de disparaître, et les rectorats proposeront à nombre d'entre eux d'enseigner la techno en collège. Comme le reste de la réforme du lycée, la nouvelle STI a été aussi conçue comme un levier supplémentaire de suppressions de postes, car elle diminue les heures d'atelier (moins de dédoublements = moins d'heures), et les horaires des enseignements de spécialités se voient réduits au bénéfice des matières générales (cours en classes entière). Sur le fond, cette réforme implique un changement de stratégie majeure de l'Education Nationale: on cherche à déprofessionnaliser cette filière, à couper tout lien entre l'élève et les machines. Or, jusqu'à présent, la STI était une filière professionnalisante, qui permettait un choix entre vie professionnelle juste après le Bac (les élèves pouvaient s'adapter à un emploi de qualification technique moyenne), ou la poursuite des études en BTS, puis au-delà en licence professionnelle.

La nouvelle STI permet toujours l'accès à des voies professionnalisantes (STS ou IUT), mais on veut que cette formation soit intégrée dans l'enseignement général au lycée. Désormais, les élèves devront poursuivre leurs études car ils auront une formation plus généraliste, invendable sans post-formation, ce qui est un peu contradictoire avec les enjeux d'une filière technologique (on n'en est pas à un paradoxe près), et qui ne correspond pas forcément à leur attente, car beaucoup cherchaient un contact avec la technique. Tout cela risque d'aboutir à une privatisation de la formation professionnelle et technologique. Toujours moins d'éducation... .. Pour les parents , cela représente toujours moins de choix de formations publiques pour leurs enfants.

 

Les enseignants du lycée Emilie de Breteuil  cherchent depuis deux mois à alerter les medias, les autorités, LogoEDBbis-copie-1.jpgles politiques, sur les conséquences de cette réforme. La FCPE soutient leur action, entamée il y a deux ans autour du sort du BTS CIM, que le recteur a décidé à nouveau de rayer de la carte des formations 2011, alors qu'il avait été réouvert et qu'il accueille potentiellement 12 élèves/an (demi-section). D'ailleurs, on ferme des dizaines de BTS dans toute l'Ile-de-France à la rentrée 2011, alors que les premiers bacheliers de la future réforme STI2D ne sortiront qu'en 2013. Cela donne 3 ans à l'Etat pour finir de casser la filière technologique post-bac.

Les enseignants élus au conseil d'administration du lycée Emilie de Breteuil demandent aux politiques de s'intéresser à cette réforme STI, et réclament un moratoire de son application. Ils sont convaincus que rien ne sera prêt pour la rentrée 2011, et que leur hiérarchie, impuissante, et prise entre le marteau et l'enclume, balade l'opinion publique. La formation des enseignants sera à peine entamée...

Nous relayons ici un appel de colère lancé par un professeur d'électronique du lycée, Jean-Michel BAUD, qui précise ceci dans son témoignage aujourd'hui:


"Plus on avance dans la réforme STI2D et plus j'ai le sentiment que le bateau part à la dérive. Je vous rappelle que, nous, professeurs de STI du lycée Emilie de Breteuil, nous n'avons reçu aucune formation à ce jour pour assurer correctement les cours de la rentrée 2011!

Après avoir étudié consciencieusement le langage UML pendant mes vacances (je me suis informé, j'ai étudié puis élaboré mes fiches de référence pas forcément pour mes élèves mais peut-être pour en assurer une information auprès de mes collègues) j'apprends le lundi matin de la rentrée que le langage UML est abandonné!"

 

F. ANDRE

 

                                                                                                           Y EN A MARRE!

NOS INSPECTEURS CLAMENT HAUT ET FORT QUE LA REFORME STI2D EST LA POUR REDORER LE BLASON DE LA FORMATION TECHNIQUE EN FRANCE.

JE N'EN SUIS PAS CONVAINCU: IL Y A TOUJOURS DEUX POIDS ET DEUX MESURES.

JE SUIS A L'HEURE ACTUELLE EN FORMATION, UNE JOURNEE PAR SEMAINE, POUR ENSEIGNER L'INFORMATIQUE EN CLASSE DE TERMINALE S. ET BIEN, BIZARREMENT, POUR CETTE OPTION DESTINEE AUX ELEVES DE L'ENSEIGNEMENT GENERAL, DES FONDS FINANCIERS ONT ETE DEBLOQUES 2 ANS A L'AVANCE AFIN D'EN ASSURER CORRECTEMENT L'ENSEIGNEMENT.
TANDIS QUE POUR LES ELEVES DE L'ENSEIGNEMENT TECHNIQUE, NOS INSPECTEURS ET NOS RESPONSABLES ADMINISTRATIFS (là, je ne suis pas très sur que le mot "responsable" soit correct) S'ENTETENT A VOULOIR ABSOLUMENT VOIR CETTE REFORME STI2D SOIT EFFECTIVE EN SEPTEMBRE 2011 SOUS PRETEXTE QUE L'ON VA S'ADAPTER PENDANT UNE PERIODE TRANSITOIRE.

Y EN MARRE D'ENTENDRE: "CHUT, N'EN PARLONS PAS AUX PARENTS. IL NE FAUT PAS LES AFFOLER. IL FAUT RECRUTER DES ELEVES DANS NOS FILIERES." NOS SUPERIEURS HIERARCHIQUES (ce terme est plus correct) PREFERENT GARDER L'OEUF POURRI EN INTERNE. DE TOUTE FACON LES PROFESSEURS SERONT LA POUR LIMITER LA CASSE. OUI, EFFECTIVEMENT, ILS PEUVENT COMPTER SUR NOUS CAR NOUS, NOUS RESPECTONS NOS ELEVES ET NOUS FERONS TOUJOURS LE MIEUX POUR EUX QUI SONT AUSSI UN PEU NOS ENFANTS! OUI, A LA JOURNEE PORTES OUVERTES, NOUS ALLONS ENCORE MONTRER LE MEILLEUR DE NOUS-MEME.

NOUS SAVONS QUE NOUS NE POUVONS PAS COMPTER SUR NOS INSPECTEURS POUR FAIRE REMONTER AVEC FORCE NOTRE MESSAGE DONC JE ME RETOURNE UNE NOUVELLE FOIS VERS VOUS MAIS CETTE FOIS-CI POUR LA MISE EN PLACE DE LA REFORME STI2D.

MAINTENANT, MESDAMES MESSIEURS LES RESPONSABLES POLITIQUES ET JOURNALISTES, JE VOUS INVITE A VOUS POSER LA QUESTION: "ALORS CETTE FORMATION TECHNIQUE A-T-ELLE UN SENS DANS LE SYSTEME EDUCATIF FRANCAIS?" SI OUI, ALORS JE SOUHAITERAIS QUE VOUS RESPONSABLES POLITIQUES DEMANDIEZ LE REPORT D'UN AN DE CETTE REFORME ET QUE VOUS JOURNALISTES FASSIEZ UN DOSSIER D'INFORMATION AUPRES DES CITOYENS DE CE PAYS. CE SERAIT UN MINIMUM DE CONSIDERATION QUE VOUS POURRIEZ AVOIR POUR CET ENSEIGNEMENT.

 

JM Baud
Professeur d'électronique

Montigny-le-Bretonneux (78)

PEEP-TLN-Breteuil-photo.jpgNuit27--13-.JPG

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 16:30
Depuis la mise en place du bac professionnel (bac Pro) en 3 ans, qui a accompagné la disparition d'un grand nombre de formations niveau BEP, de nombreuses incertitudes demeurent quant aux passerelles offertes aux élèves déjà titulaires d'un BEP. Il semblerait que les passages de BEP à la classe de 1ere Bac Pro soient soumis à des appréciations variées selon le contexte local, alors que cette pasApresCAPetBEP.gifserelle est proposée dans la réforme, telle que présentée en ligne sur le site du Ministère: http://www.education.gouv.fr/cid20722/les-baccalaureats-professionnels-ans.html.  Dans certains cas, la place manquerait (DGH insuffisantes, suppressions de postes obligent), et l'on propose parfois aux élèves BEP de reprendre le cycle Bac Pro au niveau Seconde.  Pour faire écho aux nombreuses demandes remontées par les parents d'élèves, le président de la FCPE, Jean-Jacques HAZAN, alerte le Ministre sur cette question. Ci-dessous, la lettre envoyée au Ministre datée du 22 février 2010.
Rappelons que l'expérimentation du Bac Pro 3 ans a été engagée en 2001 à titre expérimental, puis étendue en 2008. La phase de généralisation a débuté à la rentrée 2009.
FA

Paris, le 22 février 2010       
Monsieur Luc CHATEL
Ministre de l'Éducation nationale
110 rue de Grenelle , 75357 Paris SP 07
SG/JC/NA/2010/57

Objet : BAC Pro/ BEP

Monsieur le Ministre,

A l’heure où les dotations horaires globales sont soumises aux votes des CA des lycées professionnels avec les structures pédagogiques des établissements, il a été évoqué dans certaines académies, la possible remise en cause du droit du sortant de seconde année, et titulaire du BEP de prolonger ses études en bac professionnel en entrant en première professionnelle.

Dans certains cas, c’est le déficit de place dans les classes de première qui est utilisé pour justifier « l’incapacité » des établissements à les accueillir, dans d’autres l’inscription ne serait possible qu’éventuellement en seconde professionnelle.

Vous comprendrez qu’il n’est pas possible pour nous d’envisager de telles solutions qui vont à l’encontre de toute valorisation de l’enseignement professionnel.

Alors que la réforme du baccalauréat professionnel annonçait haut et fort une volont
é de revaloriser cette filière en permettant à davantage de jeunes d’accéder au diplôme, nous ne pouvons concevoir que maintenant on interdise à ces jeunes d’y accéder en quatre ans, alors que cette possibilité existait au commencement de la formation professionnelle.

Pour nous, aucune raison ne saurait être valable pour réduire ce droit que ce soit en nombre de places, de divisions, de dotation horaire.

 Nous voulons que cette dernière puisse être éventuellement abondée, le cas échéant, en fonction du nombre de titulaires du BEP souhaitant poursuivre leurs formations jusqu’au baccalauréat professionnel lors du dialogue prévu cette année entre les académies et les lycées concernés.

Aussi, nous vous demandons solennellement, Monsieur le Ministre, de nous rassurer parfaitement et nous donner toute garantie que chaque élève sortant de BEP diplômé pourra poursuivre sa scolarité en première en vue du bac professionnel.

Certain que vous comprendrez le sens de notre démarche et que vous aurez à coeur de répondre positivement à notre demande, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre l’expression de mes salutations les plus distinguées.

 
Jean-Jacques HAZAN,
Président
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 13:36
Cela fait plusieurs années maintenant que les résultats du bac font l'objet d'une marchandisation à peine voilée: de nouveau cette année, la FCPE constate que les rectorats imposent aux candidats au baccalauréat un délai entre la délibération des jurys (qui a eu lieu hier, le 6 juillet) et la publication des résultats (aujourd'hui, le 7). Nous savons bien que ces délais sont imposés pour permettre aux sites payants de « vendre » leur offre de service en jouant sur l'angoisse liée aux résultats.

D'ai
lleurs tout est fait pour pousser les parents à anticiper: par exemple, les candidats au bac ES des lycées de notre bassin (Breteuil, Villaroy, Descartes, St-François etc.) devaient aller chercher leurs résultats au fin fond des Yvelines, dans un lycée privé de Verneuil/Seine, ND "Les Oiseaux". Il valait donc mieux appeler pour avoir les résultats rapidement. Pourquoi faire faire tant de kilomètres à des centaines d'élèves? Il faut 1h 1/2 de train pour joindre Montigny à Verneuil par les transports. Et demain, les élèves en rattrapage devront s'organiser pour être présents tôt le matin. Comment fait-on sans voiture? Quel jeu joue le rectorat? Et pourquoi une journée de perdue pour ceux qui doivent préparer l'oral alors que les jurys ont fini de délibérer hier midi?


Les résultats appartiennent d'abord aux élèves: c'est leur propriété


La CADA (commission d'accès aux documents administratifs) fait obligation au ministère de communiquer les résultats aux entreprises qui en font la demande mais le délai imposé entre délibérations et publication n'est pas prévu par la CADA. On est en droit de s'interroger sur l'existence d'un accord ou d'un marché entre le ministère et des sites payants…

 

La FCPE, par la voix de son président Jean-Jacques HAZAN, a adressé un message au directeur de cabinet du ministre de l'Education nationale pour demander que les résultats soient publiés immédiatement après la délibération, en ligne et dans les centres d'examen. La FCPE suggère aux parents de saisir à leur tour les recteurs et les présidents de jury pour qu'ils fassent publier les résultats sans attendre.

 

La FCPE avait prévenu l'an dernier qu'elle était prête à aller au Tribunal Administratif avec le CNAFAL si la preuve que les résultats avaient été retenus pour des besoins autres que ceux des élèves et en particulier pour des besoins mercantiles était faite (sur la plainte d'une famille). Cette année, la FCPE renouvelle cet avertissement.

 

La FCPE compte également écrire au ministère pour avoir une réponse formelle sur l'existence d'un contrat entre le ministère et des sites payants et demandera à avoir copie d'un tel document.

 

JJ Hazan pense que la fédération devra aller au-delà de ce qu'elle a fait jusqu'à présent (courriers et communiqués), si nous ne voulons pas que cette marchandisation des résultats se reproduise tous les ans.  Il rappelle en outre qu'il est aussi possible d'agir en Tribunal Administratif si, alors qu'un parent a décoché la case autorisant la communication des résultats de son enfant et signé à côté de ladite case sur la fiche d'inscription à l'examen, quel qu'il soit, le résultat est quand même publié sur un site commercial. Il est peut-être même possible d'agir devant le tribunal de commerce si cela a donné lieu à rétribution.

 

Lien GRATUIT pour l'académie des Yvelines: http://resultats.siec.education.fr/



Partager cet article
Repost0
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 12:31
Le CDPE des Yvelines a été alerté par plusieurs personnes sur les résultats issus du site d'orientation "Admissions Post Bac" (sur le fonctionnement de ce site, lire notre article). 
Plusieurs jeunes seraient affectés dans des orientations non demandées.....

Parents d'élèves des Yvelines, si vous connaissez des problèmes similaires dans le département, pouvez-vous remonter les informations par écrit avec des preuves, si possible, afin que nous puissions intervenir auprès des instances compétentes (rectorat et inspection).
 
Contact: Catherine NICOLAS
FCPE 78, 23
rue Saint-Honoré, 78000 Versailles.
Tél : 01 39 50 57 94

Sur des forums "Post-bac" on trouve ce genre d'inquiétude:

" Après une fausse (et facheuse) manipulation, j'ai malencontreusement démissionné de mon 1er voeu sur post-bac, alors que j'étais en liste d'attente...!!  Comment y remédier ?!? "
Il paraît que l'on peut écrire directement l'organisme responsable via http://www.admission-postbac.fr/ puis Contact. Mais ce "contact" doit être noyé de demandes...


Autre cas de figure, trouvé sur le FAQ orientation POST-BAC: http://forums.futura-sciences.com/orientation-apres-bac celui qui n'a pas fait son interclassement correctement, et qui a classé les facs après les prépas, alors qu'il voulait aller en médecine: résultat, il est admis en prépa, et ne sait plus comment rattraper son inscription en fac de médecine..

D'autres sites signalent enfin qu'il y aurait eu des irrégularités: contrairement à ce que prétend le site "admission-postbac.org" certaines prépas avaient accès à l'ordre des choix des étudiants, et ceci même avant le 2 juin. Ce qui serait évidemment contraire à la volonté de transparence de ce processus d'orientation. Mais tout ceci reste à vérifier.

 

En tout état de cause: il est fortement conseillé au lycéen victime d'un dysfonctionnement du site PostBac de prendre rendez-vous dès que possible avec le proviseur de son lycée!

Il y a en effet des procédures prévues pour rattraper certaines erreurs, mais pas toutes. Les proviseurs de lycée peuvent se contacter entre eux et se mettre d'accord pour rétablir une erreur d'aiguillage.

Le cas des lycéens qui ont demandé médecine en regroupant leurs voeux "universitaires" après les voeux classes préparatoires fera probablement partie des cas à résoudre cette année de manière globale. D'où l'importance de prévénir la FCPE pour pouvoir intervenir soit au niveau rectoral, soit auprès du Ministère.


Des recours sont donc possibles par deux voies:

- via le proviseur du lycée de l'élève,

- via le site Admission Post-Bac (rubrique contact: http://www1.admission-postbac.fr/Postbac/contact) (il faut avoir ses identifiants)

 

FA

Partager cet article
Repost0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 19:51
Les commissions d'appel en secondaire commencent dès la semaine prochaine pour le bassin de Saint-Quentin.


Rappel: les niveaux concernés par les commissions d'appel sont :
chaque fin de cycle du secondaire :                 - fin de 6ème
                                                                          - fin de 4ème
                                                                          - fin de 3ème
                                                                          - fin de 2nde


Procédure pour les parents voulant faire appel:

1 - A la fin de chaque cycle, si la décision d'orientation prononcée par le conseil de classe et confirmée après entrevue avec le chef d'établissement n'est pas conforme aux demandes des familles, celles-ci peuvent choisir de faire appel .dans un délai de trois jours ouvrables à compter de la réception de la notification de cette décision.
2 - L'établissement doit informer les familles des modalités de mise en oeuvre de cette procédure, de la date et du lieu de réunion de la commission d'appel. La composition de la commission d'appel fait l'objet d'un affichage au sein de l'établissement
3 - Le chef d'établissement transmet à la commission d'appel les décisions motivées ainsi que tous les éléments susceptibles d'éclairer cette instance. Les parents de l'élève ou l'élève majeur qui le demandent sont entendus par la commission.L'élève mineur peut être entendu à sa demande avec l'accord de ses parents.
4 - Les décisions prises par la commission d'appel valent décisions d'orientation ou de redoublement définitives.

Composition de la commission :

- l' Inspecteur d'Académie ou son représentant, choisi parmi ceux de ses collaborateurs appartenant aux corps d'inspection ou de direction, président
- deux chefs d'établissement du type d'établissement scolaire concerné
- trois professeurs exerçant au niveau scolaire concerné
- un conseiller principal d'éducation ou un conseiller d'éducation
- un directeur de centre d'information et d'orientation
- trois représentants des parents d'élèves
La commission peut s'adjoindre un médecin de santé scolaire et une assistante sociale scolaire.
Les membres de la commission d'appel sont nommés par l'Inspecteur d'académie pour une durée d'un an renouvelable, sur proposition des associations en ce qui concerne les représentants des parents d'élèves. Dans les mêmes conditions, l'Inspecteur désigne un nombre égal de suppléants des représentants des parents.

Vos représentants FCPE pour le bassin de Saint-Quentin:
Vous pouvez obtenir leurs coordonnées en nous écrivant à fcpe.montigny@free.fr

Commission d'appel de fin de 6ème:
Secteur:                
st quentin

Coignières, Elancourt (Clé St Pierre, Agiot), Guyancourt (Ariane, les Saules, P.Eluard), Maurepas (L.Pergaud), Le Mesnil St Denis, Montigny (La Couldre, Giacometti, Les Prés), Trappes (Courbet, Le Village, Gagarine), Voisins le Bretonneux (Champollion, H.Boucher)

Chevreuse – Magny les Hameaux – Maurepas (A. Dumas)

LIEU DE COMMISSION:  CLG 

Parent:         DEPOORTERE Marie Christine  47, avenue de la Petite Villedieu, ELANCOURT, 01 30 51 98 03
Date:             29 juin 2009 après-midi


Commission d'appel de fin de 4ème:
Secteur:                
st quentin 
Coignières, Elancourt (Clé St Pierre, Agiot), Guyancourt (Ariane, les Saules, P.Eluard), Maurepas (L.Pergaud), Le Mesnil St Denis, Montigny (La Couldre, Giacometti, Les Prés), Trappes
(Courbet, Le Village, Gagarine), Voisins le Bretonneux (Champollion, H.Boucher)

LIEU DE COMMISSION : CLG 

Parent: LAMBRET Jean , 12, allée des Néfliers, ELANCOURT, 01 30 66 69 86
Date:             29 juin 2009 (matin)


Commission d'appel de fin de 3ème:
Secteur                  SAINT QUENTIN I

Parent:         LE PAPE Corinne  (12 rue J. Vourc'h, Voisins-le-Bretonneux;,  01 30 43 34 81)

Secteur                  SAINT QUENTIN III

Parent:         PASQUIER Annie  (4 square de Valendam, Elancourt,  01 30 69 85 07)

Secteur                  SAINT QUENTIN II
Montigny (La Couldre, Les Prés, Giacometti), , Maurepas ( A. Dumas), Trappes (Le Village), Voisins Le Bretonneux (H.Boucher, Champollion)

LIEU DE COMMISSION : CLG 

Parent:         PIAU Corinne  (98 rue du Petit Pont, Montigny-le-Bretonneux,  01 30 60 03 13)

Date:             24 juin 2009


Commission d'appel de fin de Seconde:
Secteur                    SAINT-QUENTIN III
Parent:         LOURADOUR Florence (Guyancourt, 06 86 47 82 10)
Secteur
                  SAINT-QUENTIN II
MONTIGNY Lycée Emilie de Breteuil MONTIGNY Lycée Descartes, GUYANCOURT Lycée Hôtelier

LIEU DE COMMISSION :   Lycée DESCARTES, Montigny le Bretonneux

Parent:          CLATOT Nadine (Montigny-le-Bretonneux, 01 30 57 16 51)
Date:             25 juin 2009

Nota: il n'y aura pas de session de formation pour les parents représentants aux commissions d'appel cette année, faute de participation suffisante les années précédentes. Tous ceux qui souhaitent se former peuvent demander un document par mail édité par le CDPE départemental à Versailles: fcpe.yvelines@wanadoo.fr  
Partager cet article
Repost0
25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 12:42
Voici les dates des commissions d'entrée en 6ème sur notre circonscription qui compte trois collèges de secteur. Nous n'avons pas reçu les dates des deux autres collèges (Mozart à Bois d'Arcy et Champollion à Voisins) sur lesquels des élèves de Montigny (Pas du Lac et Plan de l'Eglise) sont sectorisés.


Objet : Commission d’entrée au collège

 

Les commissions d’affectation à l’entrée en 6ème de collège, qui se tiendront les :

 

26 et 28 mai 2009

A l’IEN de Montigny 3 rue des droits de l’homme 78280 Guyancourt

 

Cette réunion permettra de partager des informations relative à l’affectation des élèves de CM2 de Montigny.

 

 

 

26 mai 09 – 14 h 30 Collège Les Prés

28 mai 09 – 9 h 30 Collège La Couldre

28 mai 09 – 14 h 30 Collège Giacometti

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 01:18
Le site Admissions Post-Bac, nouveau Las Vegas de l'orientation des jeunes.

Lycéens de Terminale, vous voici dans le stress de la "dernière nuit du clic" post-bac! Yeah!
Depuis deux mois, vous ne parlez que de ça entre vous, et à vos parents. Du site "Admissions PostBac". Et pour nous, parents, ce site est une nouveauté. Un truc démoniaque trouvé par le Ministère pour nous faire partager encore plus avec vous votre stress sur l'orientation.. Car le site "APB" que vous fréquentez
assidûment
depuis deux mois, c'est un peu comme votre Las Vegas de l'orientation: "Attention, les jeux sont faits! rien ne va plus..." avec une ambiance de roulette... 
Aujourd'hui clic final. Fin (ou début du stress). Que va-t-il sortir de tout ça?

Coup d'oeil sur la génération "APB".
 FA











Pour illustrer ce thème, nous reproduisons ici un témoignage de lycéen trouvé sur les forums du site de letudiant.fr
(nous nous sommes permis de corriger quelques fautes ...) :
 
" Je voulais simplement passer un coup de gueule contre ce nouveau système.
 
J'en ai fait les frais l'année dernière et je regrette amèrement de ne pas avoir passé le bac un an plus tôt...

Récapitulons les faits : on s'inscrit dans toutes les filières que l'on veut, et ce sur un seul site. Jusqu'ici je dirais plutot youpi quel gain de temps ! Mais ensuite, il faut ordonner nos voeux. Et la ça se complique.

Parce qu'au moment de la sélection, ils nous donnent une réponse, et une UNIQUE réponse. Cela veut dire que si on s'inscrit en CPGE, en BTS, et en DUT (dans cet ordre ), par exemple, et que l'on est pris en CPGE, le BTS et le DUT sont annulés, donc on est OBLIGE d'accepter le voeu qui nous est IMPOSE. Pas de droit à l'erreur, pas le droit d'hésiter, pas le droit de changer d'avis. On ne peux pas assurer ses arrières.

Donc on est pris en CPGE, on est obligé de dire oui puisque c'est notre premier choix (si l'on met non, oui mais, ou non mais, c'est avec l'espoir que l'on sera pris dans un voeu que l'on avait classé dans les premiers, or là c'est déjà notre premier choix).

Ils nous disent de bien réfléchir à l'ordre, c'est très important, et ils ont raison, mais une fois que notre voeu est validé en CPGE plus moyen de faire marche arrière. Si l'on change d'avis un mois plus tard parceque l'on a vécu des choses qui nous on fait prendre conscience de ce que l'on voulait vraiment, ou pour toutes les raisons valables ou non du monde, si l'on change d'avis, et bien quoi ? rien du tout! Car on ne pourra jamais savoir si l'on aurait été accepté dans ce BTS qui nous plaisait aussi, ou ce DUT qui finalement semble plus convenir. Et pour s'y inscrire, et bien c'est déjà trop tard...

Pas le droit à l'erreur quand on est à peine majeur et qu'on stresse à mort pour le BAC, qu'il faut tout réviser et qu'en plus on nous demande de décider en 2 mois ( 20 janvier - 20 mars ) ce que l'on veut faire pour nos 40 ans à venir... ( OK, j'exagère, mais c'est comme ca que la plupart de mes copains de lycée l'ont ressenti... ) pour ceux qui vont à la fac, pas de problème... on s'y inscrit quand on veut.

Moi j'ai été accepté en CPGE littéraire. Mais ce n'était pas ce que je voulais faire. Encore un truc à dénoncer, les profs qui nous poussent toute l'année à faire une CPGE parce que soi disant c'est trop bien, ca nous donne une super méthode, c'est un sacrifice payant... et surtout parce qu'il n'y a pas assez d'élèves qui vont en classe prépa. Donc mes profs m'ont ( presque ) convaincu... mais quand j'ai vu que j'étais accepté, j'ai eu un gros pincement au coeur. C'est bien gentil deux ans de sacrifice, moi je préfère faire deux ans d'études concrètes avec des stages voire en alternance, parce que l'expérience professionnelle tant recherchée par les temps qui courent c'est pas en classe prépa qu'on va la trouver.
Et finalement j'ai pris sur moi et je me suis dis, merde c'est à moi de choisir, alors j'ai voulu changer... Mais il était bien trop tard. Ce qui fait que je me retrouve à faire des cours par correspondance... Super.

Bref, je n'aurais qu'un seul conseil à donner à tous ceux qui sont en terminale, n'écoutez que vous même, faites votre propre choix et non pas celui que veulent vous imposer les profs. Si vous voulez faire un CAP après votre BAC, même si les profs vous disent " non mais ca va pas, tu as tellement de capacités et tu vas tout gâcher ? " Faite le si c'est ce que vous voulez faire.

Et attention à ce système d'admission qui est un véritable PIEGE pour tous ceux qui hésitent encore. Parce que c'est bien gentil d'avoir une réponse unique, mais même si l'on ne change pas d'avis, imaginez que vous êtes accepté dans un DUT qui vous tient à coeur mais qui est loin de chez vous, et que vous ne trouvez pas d'appartement pour vous loger, ou autre... vous êtes coincé.

Perso je vais m'inscrire également dans des BTS qui ne passent pas encore par ce site d'admission, parce qu'au moins j'aurai toujours une réponse et j'aurai le choix jusqu'au dernier moment...

Bonne journée à tous !"


Note de la FCPE Montigny: nous avons appris lors de journées portes ouvertes dans un lycée, que l'ordre des voeux n'est que provisoire, et peut être revu par l'élève jusqu'en début juin. En fait, au 20 mars, les établissements que vous avez demandés reçoivent tous le dossier de l'élève sans connaître l'ordre des voeux. Ils émettent un avis. L'élève a ensuite le droit de changer l'ordre de ses voeux jusqu'au 6 juin..  Voir la notice: http://www.admission-postbac.fr/site/html/notice/notices.htm . Mais il y a la théorie, et la pratique.... La prudence requiert de coller dès le départ au plus près de l'ordre de ses voeux..    FA
Extrait de la notice: page 7
"Vous pourrez modifier l’ordre de classement de votre liste de voeux jusqu’au 6 juin minuit,
dernier délai. Après le 6 juin, la liste sera définitive et l’ordre ne pourra plus en être modifié.
En revanche, à partir du 9 juin et jusqu’à la fin de la procédure (excepté 24 h avant chaque
phase de proposition), vous pourrez renoncer vous-même à un ou plusieurs voeux de votre liste.
Vous n’aurez cependant pas le droit de le remplacer par une autre formation."
Attention à la 3ème étape en juin! Il ne faudra pas rater l'échéance alors que vous serez en plein bac!
on peut lire ceci page 10 de la notice aux élèves:
Phases d’admission :
• 1ère phase : du mardi 9 juin 14 heures au vendredi 12 juin 14 heures
• 2ème phase : du mardi 23 juin 14 heures au vendredi 26 juin 14 heures
• 3ème phase : du mardi 14 juillet 14 heures au vendredi 17 juillet 14 heures

Partager cet article
Repost0
16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 16:36
Arrêtons le massacre! Stoppons cette dégringolade de DGH, qui pousse jusqu'aux derniers sacrifices, et traduit le déni de culture et d'ouverture intellectuelle. Nous en avons assez de ces mesures d'économies drastiques faites sur l'éducation de nos enfants, et qui nient la richesse des cultures. Monsieur l'inspecteur d'Académie, laissez aux collèges "non-versaillais" le droit d'élargir leur offre de LV2 ou de langues mortes, même si l'effectif n'est pas pléthorique. Il suffit de quelques heures de DGH! Une poignée d'heures, pas plus, une goutte dans l'océan d'heures DGH d'une académie aussi grande que Versailles, pour maintenir un peu de diversité dans l'apprentissage des langues étrangères, et continuer de partager une richesse, celle dont les générations à venir ont plus que besoin, la culture.

F. ANDRE

Un très joli blog sur la Russie et ses richesses, à déguster
http://lizotchka-russie.over-blog.com/

Et ci-dessous, l'appel de l'AFR, Association Française des Russisants, par l'intermédiaire de son président, Philippe COMTE:

Lettre adressée à Xavier DARCOS:
Monsieur le Ministre de l’Education nationale,
110, rue de Grenelle,
75357 PARIS SP 07


Monsieur le Ministre,


     Le ministère n’a pas publié en juillet 2008 le programme de l’Agrégation externe derusse : il n’y aura donc pas de session en 2009 et rien n’est annoncé pour 2010 et les années suivantes. Selon toute vraisemblance, il s’agit là d’une suppression pure et simple.

     L’Association Française des Russisants, qui regroupe la grande majorité desprofesseurs de russe du Secondaire et du Supérieur, proteste vigoureusement contre cettedécision.

     En apparence, cette suppression semble satisfaire au critère de bonne gestion comptable, arguant d’effectifs réduits. Mais c’est l’arbre qui cache la forêt. En effet, votre ministère, qui fonde toutes ses réformes sur l’idée de l’indispensable adaptation du contenu de l’enseignement et du fonctionnement de l’Education nationale à l’évolution de la société française et du monde, s’inscrit, par cette décision, à contre-courant d’une tendance de fond caractérisée par la diversité grandissante des besoins en connaissance de la langue russe. Paradoxe stupéfiant ! Un concours de recrutement de professeurs de russe est supprimé et l’enseignement du russe tend à s’effacer des collèges et lycées, alors que le nombre de Français expatriés en Russie pour des raisons professionnelles n’a jamais été aussi élevé! Du temps de l’URSS, c’était exactement l’inverse : alors que la présence française en URSS était minime, le russe avait le vent en poupe dans le Secondaire. Aujourd’hui, 700 entreprises françaises sont implantées en Russie, des milliers de Français s’y rendent chaque année, des centaines y travaillent, et votre ministère répond à ce flux par la fermeture de l’Agrégation ! Et qu’on ne vienne pas nous dire que tout se fait là-bas en anglais : c’est faux ! Tout cadre, entrepreneur, homme d’affaires travaillant en Russie vous dira qu’il ne peut se passer du russe dans son travail, la vie quotidienne et les contacts!

     Autre exemple : pour la deuxième année consécutive, je viens de recevoir, datée du 17octobre 2008, une véritable supplique du Service français de traduction de l’ONU à New-York, dont je vous cite un passage particulièrement éclairant :
« Il est plus que jamais impérieux pour l’Organisation des Nations Unies de pouvoir compter parmi son personnel linguistique, singulièrement dans son Service d’interprétation, des russisants de talent en nombres suffisants. Il nous paraît donc opportun d’encourager les lycéens à choisir le russe en première, deuxième ou troisième langue, l’idée étant de les intéresser d’ores et déjà à une carrière d’interprète, de traducteur ou de rédacteur de procès-verbaux de séance à l’ONU. »

     En outre, comme nous vous l’avons écrit dans la Note de synthèse sur la situation durusse que nous vous avons adressée début octobre 2007, les départs à la retraite laissent des élèves sans professeur de russe: c’est le cas à Perpignan en cette rentrée, alors que le nombre d’élèves est fort honnête. A Bordeaux, des élèves de classes préparatoires inscrits en LV1 n'ont pas l'horaire réglementaire, alors que les « ressources humaines » (SIC !) sur place existent. De manière générale, le personnel existant pourrait être utilisé partout pour relancer l’enseignement du russe à moindre coût, sur la base d’une campagne officielle de soutien, campagne que l’AFR réclame depuis des années et n’a jamais vu venir.

     Enfin, supprimer l’Agrégation de russe, c’est priver les professeurs certifiés depossibilité d’avancement dans la carrière et les défavoriser par rapport à leurs collègues des autres disciplines.

     Si nous pouvons comprendre le souci de meilleure gestion des dépenses et despersonnels qu’affiche le MEN, nous condamnons résolument votre décision de ne pas ouvrir l’Agrégation de russe en 2009 et vous demandons de l’annuler. Elle va à contre-courant de la demande des acteurs économiques et institutionnels, dessert par conséquent les intérêts bien compris de notre pays, en particulier le dynamisme de ses relations économiques et commerciales avec la Russie, et l’empêchera à terme de répondre aux besoins qui se multiplient.

     Je ne perds pas l’espoir que, contrairement à la susdite Note de synthèse, qui étaitrestée sans réponse de votre part, vous trouverez le temps de répondre ou faire répondre àcette lettre.

     Vous en remerciant par avance, je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de notre respectueuse considération.


Philippe Comte
Président de l’Association Française des Russisants
Maître de conférences de russe à l’université Paris I
Panthéon Sorbonne


Chers Collègues,

1. Une pétition de l'AFR au ministre Darcos va être incessamment mise en ligne sur le site de l'AFR http://www.afr-russe.fr/ pour réclamer le rétablissement de l'agrégation de russe.

2. L'AFR (président et secrétaire général) participe avec les autres associations de professeurs de langues et sociétés savantes à l'élaboration et l'envoi aux différents ministres de tutelle de texte de protestation/contrepropositions sur la réforme du CAPES, textes qui sont en cours de discussion et signature.
Le Comité de l'AFR réuni le 17 janvier dernier a affiné sa position sur ladite réforme et celle de la formation des maîtres.

3. La même avec les mêmes signera un article commun proposé au journal Monde.

4. La trop faible implication des collègues du Supérieur à l'AFR (et ce depuis des années) n'a pas permis pour l'instant de dégager le temps et les compétences nécessaires pour élaborer une position officielle de l'AFR sur la réforme du statuts des maîtres de conférences et professeurs d'université. Le Bureau et le Comité accueilleront et discuteront démocratiquement de toutes les propositions qu'ils recevront dans les jours qui viennent et tenteront d'élaborer une position consensuelle sur ce sujet bien précis.

5. Je réaffirme avec force que le sort du russe dans notre système éducatif est un tout : l'AFR, en tout cas sous ma direction, continuera de se battre pour préserver le russe dans le secondaire et ne se résignera pas à son amoindrissement. Je reste d'autre part convaincu que l'éventuelle disparition du russe dans le secondaire entraînera à terme la fermeture d'au moins la moitié des départements de russe des universités de notre pays. Pour le Russe, le Supérieur est en grande partie dépendant du Secondaire, même s'il peut espérer sauver les meubles en développant le russe débutants pour non-spécialistes dès la L1.

Bien cordialement,

Philippe Comte
MCF de civilisation russe Paris I
président de l'AFR

Et trouvé sur le site de l'AFR:
Pourquoi le russe ?

vendredi 10 octobre 2008, par Elena Jourdan


Le russe est une langue formatrice qui contribue à l’ouverture d’esprit, mais aussi à la formation d’un cadre rationnel et rigoureux. C’est une langue structurée et structurante qui développe des qualités de logique et de méthode.

Le russe permet d’avoir accès à une culture d’une très grande richesse qui fait partie de la culture mondiale. Il aide à comprendre un mode de vie et une manière d’être différents de ceux des Français, à cerner la fameuse « âme slave ».

Le russe est la 5e langue la plus parlée au monde avec 320 millions de locuteurs, devant l’arabe, l’allemand et le français [1]. C’est la plus répandue parmi les langues slaves. Elle est en effet utilisée dans tous les pays émanant de l’ex-URSS et au sein de la diaspora russe présente dans de nombreux pays du monde, y compris la France. Par ailleurs, de plus en plus de Russes viennent en France pour leur travail ou en touriste. Le russe est également très présent sur Internet où il donne accès à des ressources d’une grande richesse.

La Russie siège au Conseil de l’Europe et fait partie du G8 ; le russe est l’une des langues officielles de l’ONU et de l’UNESCO. Les échanges culturels, scientifiques et économiques s’intensifient entre la Russie et l’Union Européenne créant de nouveaux débouchés.

Avec plus de 142 millions de consommateurs et un taux de croissance de 7,8% en 2007, la Russie attire les hommes d’affaires, les entreprises de production et de services. Ses besoins sont immenses en biens d’équipement pour produire sur place les produits destinés à une économie en cours de diversification et à une population avide de consommation. Le russe est déjà la 4e langue la plus utilisée par les PMI [2] européennes travaillant à l’export (8%, alors que seulement 4% utilisent l’espagnol) [3].

A compétences égales, la maîtrise du russe est souvent considérée par les recruteurs comme un sérieux atout professionnel. Il est de plus en plus recherché par les entreprises dans des domaines aussi divers que l’économie, la gestion, le droit, les sciences et techniques, l’informatique, le journalisme, l’agroalimentaire, l’édition, l’immobilier, le tourisme, la coopération spatiale, médicale et culturelle. La génération des 20 ans d’aujourd’hui jouit d’un privilège extraordinaire : elle peut aller en Russie, s’y déplacer librement et y trouver du travail, ce qui n’était pas le cas il y a une trentaine d’années. Et sachez-le : la France manque de russisants.


Pour plus d’informations, vous pouvez consulter Pourquoi apprendre le russe de Stéphane Renault (éditions L’Etudiant, 2007) dont ce document reprend les arguments principaux.

Notes

[1] Source : Courrier international, Hors-série Cause toujours, mars 2003

[2] Petites et moyennes industries

[3] Source : l’étude ELAN commandée par la Commission européenne, publiée en décembre 2006. Pour plus d’informations, cliquez ici

Partager cet article
Repost0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 00:26
Bravo l'inspection d'Académie des Yvelines! Les parents et enseignants venus honnêtement défendre leur cause pour rééquilibrer des moyens horaires insuffisants, sont ressortis complètement abasourdis et écoeurés de leur délégation au Chesnay. Un nouveau cran a été franchi ce soir dans le cynisme. "Votre DGH est trop contrainte? Alors supprimez ces enseignements de "luxe" que sont les langues mortes ou langues rares!". Finis les projets d'établissement! Finie la culture! Ces enfants là ne la méritent pas. Voilà la réponse apportée aux parents et enseignants médusés venus demander un peu de justice dans leur DGH.  Compte-rendu de cette audience tardive par Gilles MOUTIERS, président du conseil local du collège Les PRES.


"Cet apres midi était donc la demi journée de protestation et d'exposé de nos demandes auprès de l'Inspection Académique. Je ne reviendrai pas sur les raisons (cf nos mails précédents + le site web FCPE Montigny). Pour faire simple : pas assez d'heures d'enseignements affectés au collège, ce qui revient ou bien à supprimer des options, ou bien à fermer une classe pour récupérer ces heures pour ouvrir les dites options. Cette dernière solution est irréaliste car cela reviendrait a être 31 élèves ou + dans les classes (ce qui est déjà le cas pour les classes de 5° cette année et dont on sait que c'est difficilement tenable).

Tout d'abord, je voudrais féliciter l'ensemble des parents qui ont répondu à la pétition que le bureau FCPE Les Prés a rédigée et vous a fait passer. En moins de 24H,  216 pétitions ont été recues (sans compter celles qui arriveront d'ici vendredi), sur 400 élèves, c'est à dire plus de 50% des familles ont répondu en moins de 24H : c'est du jamais vu !! Ceci montre à quel point les parents sont inquiets pour les conditions d'étude de leurs enfants. C'est la première chose que j'ai communiquée en vos noms à l'IA adjointe qui nous a recus (délégation mixte parents FCPE + enseignants du collège) : notre profonde inquiétude. Nous lui déposerons la totalité des pétitions la semaine prochaine.

Concernant cette entrevue, l'IA adjointe nous a expliqué que les choses étaient simples : la dotation horaire affectée au collège correspond à des enseignements de base. Tout ce qui est au delà de ces enseignements de base, c'est maintenant au collège de se débrouiller pour les assurer, par le bénévolat des enseignants, par le regroupement des sections. Ainsi, nous a t on expliqué, la solution est très simple :  il suffit de supprimer le latin, le grec, la langue vivante russe, de ne pas dédoubler les niveaux en langue vivante pour décharger les effectifs, et le compte y sera.
Aucune négociation n'a donc été possible. La discussion a été purement comptable, mais l'importance des langues mortes, d'avoir des options originales, des projets originaux, de ne pas surcharger les classes, n'a pas été entendue. Depuis quelques années, l'Education Nationale se replie sur elle même et sa politique se résume au fameux "socle de base", ce qui revient en fait simplement à attribuer des moyens très en baisse et uniquement pour quelques enseignements réglementaires dits "de base". Le reste est "superflu".

Si on prend le temps de se retourner sur le passé, on se rend compte que ce début de 21° siècle, en France, offre moins de possibilité d'études à nos enfants que la fin du 20° siècle. N'est-on pas en train d'aller à l'envers de l'Histoire qui depuis 2 millénaires postulait l'importance et la primauté de l'éducation des enfants de la nation pour son avenir ? Je vous laisse méditer.

Nous vous tiendrons informé des suites dès que nous aurons des informations sur les conséquences de la démarche.
Ci joint une photo de la manifestation devant l'Inspection Académique."
Gilles Moutiers

Heureusement qu'il reste quelques parents courageux pour braver ce genre de propos fallacieux.
A-t-on demandé aux collèges voisins de fermer le latin? Non ! Alors pourquoi le demander aux Prés? Parents des Yvelines, vous l'avez compris: dans ce département, si vous voulez que vos enfants accèdent à la culture, choisissez bien la ville où vous allez vivre! A Versailles, ville des hauts fonctionnaires du rectorat et de l'inspection, vous trouverez tout ce qu'il vous faut....
   FA

Partager cet article
Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 11:44
EMILIE DE BRETEUIL et COLLEGE LES PRES, Montigny-le-Bretonneux:

Dans le cadre des votes des Conseils d'Administration sur la DGH 2009, plusieurs établissements de Montigny ont demandé à être reçus aujourd'hui par l'Inspecteur d'Académie, pour contester les moyens horaires accordés pour la rentrée 2009 (voir notre article sur le rituel des lamentations). La commission permanente du collège Les Prés s'est réunie le 5 février, et une délégation parents FCPE/Enseignants demande à être reçue aujourd'hui, avant la tenue du conseil d'Administration qui aura lieu demain soir, pour tenter d'obtenir les 9h de DGH précieuses qui lui font cruellement défaut. Ces 9h de DGH seraient le sésame qui permettrait d'ouvrir la 4e division de 4ème. Elle tentera par ailleurs de maintenir le russe LV2. Le conseil d'Administration du lycée Emilie de Breteuil, lui, s'est déjà réuni le lundi 9 février (Commission permanente réunie le 3 février annonçant 150h de DGH en moins), et s'est conclu sur un refus de vote de la part des parents FCPE et des enseignants élus du CA.


A cette heure, nous ne savons pas à quelle heure ni par qui sera reçue la délégation FCPE/enseignants du collège Les Prés, nous savons seulement qu'elle sera reçue après 17h, car il y a de très nombreuses délégations avant.
Par contre, nous savons que la délégation FCPE/SNES Emilie de Breteuil sera reçue à 17h30 par l'IA adjointe chargée des lycées Mme VANDREPOTTE. Il est demandé aux membres de la délégation d'être présents au moins une demi-heure avant.

Rappel : le rassemblement débute à 14h avec un dépot de plainte symbolique au commissariat du Chesnay vers 14h30.

Partager cet article
Repost0