Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 16:17

Une réunion d'information sur les classes préparatoires aux Grandes Ecoles (CPGE) dans toutes les filières littéraires, économiques et scientifiques aura lieu le jeudi 17 décembre à partir de 17h15 au lycée Emilie de Breteuil au bâtiment Technique (salle du réfectoire). La réunion sera animée par des professeurs de CPGE, avec la participation d'anciens élèves.

Cette année la réunion d'information sur les formations en classes préparatoires se déroule en soirée, en deux temps:

A 17h15, l'information portera sur les classes préparatoires littéraires et ECE (écoles de commerce) ouvertes aux élèves des filières L et ES.

A 18h00, l'information portera sur les formations en classes préparatoires ouvertes aux élèves de la filière S: PTSI, PCSI, MPSI, BCPST, ECS et prépas littéraires). Cette réunion, qui s'adresse en priorité aux élèves et parents de Terminale du Lycée Emilie de Breteuil pour les aider à préparer les voeux post-bac, est ouverte aux parents et élèves des autres niveaux.


Seront présents pour répondre à vos questions :
Mme Gautier, proviseur du Lycée Emilie de Breteuil
Mme Dalloubeix, professeur de physique en classes préparatoires scientifiques au Lycée Hoche à Versailles
.
Partager cet article
Repost0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 01:09

Le lycée Emilie de Breteuil organise une réunion pour les parents d’élèves sur le thème: « Bien-Etre / Mal-Etre des adolescents »



Comme l’année dernière, le lycée organise une réunion d’information et de sensibilisation au sujet du « mal-être » chez les adolescents.

 

Il s’agit d’un débat (pas d’un groupe de parole) qui sera animé par une intervenante du C.R.I.P.S (Centre Régional d’Information et de Prévention du S.I.D.A).

Le projet mis en place pour vos enfants vous sera présenté, puis, ensemble, nous essayerons de mieux comprendre le passage de l’adolescence et ses spécificités; nous essaierons de renforcer nos compétences dans le repérage et l’orientation d’un jeune en souffrance.

 

Retenez cette date dès aujourd’hui et venez nombreux

Mardi 7 avril de 18h30 à 20h30 dans la Salle Polyvalente du lycée

L’infirmière, V.BALDASSINI

Partager cet article
Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 00:26
Un lycée occupé à Montigny-le-Bretonneux depuis des semaines, dans une quasi-indifférence générale, et toujours pas de signe concret du côté du rectorat, alors que les raisons du conflit sont profondes et légitimes. Une première occupation a eu lieu en février (voir deux articles précédents). Elle a repris à la rentrée des vacances de février et se poursuit depuis le 2 mars, dans une ambiance agravée par une DGH intenable présentée en CA le 9 février, et qui n'intégrait même pas les heures du BTS CIM alors que le recteur, interrogé par TV-FIL (voir notre article), réaffirmait son maintien. Trois des 4 divisions proposées pour fermeture concernent l'enseignement technologique et technique (1 classe de 1ere, BEP Electronique et BTS CIM), ce qui déstabilise profondément la structure du lycée polyvalent qui offre des formations dans les filières industrielles (STI, électronique, microtechnique). Les enseignants restent déterminés à se faire entendre et sont toujours plus nombreux à se relayer pour assurer les nuits d'occupation.
Mardi soir, les parents élus FCPE du lycée sont venus une nouvelle fois réaffirmer leur soutien, et faire le point avec les enseignants présents ce soir-là.
Ce matin, à l'occasion de la manifestation organisée par la FCPE devant le collège Les Prés, non loin du lycée, les enseignants et parents élus
du lycée Emilie de Breteuil, ont pu à nouveau s'exprimer devant la presse. TV-FIL a d'ailleurs diffusé ce soir un reportage.
Nous en sommes là pour le moment. Sans certitudes, mais avec quelques signes et frémissements. Ci-après, un rappel des faits.

1er acte: la carte des formations techniques pour 2009
En fin d'année 2008, suite à la décision du rectorat de fermer les sections de BTS CIM et du BEP Electronique (qui aurait être transformé en Bac Pro 3 ans), une première réunion d'échange (18 décembre) s'est tenue en urgence entre enseignants du technique et parents élus FCPE. Une délégation enseignants/parents a alors demandé à être reçue par le rectorat.
Lors de cette audience (8 janvier, en présence de Mme Colin et M. Moreau), la délégation a pu exposer ses arguments, et démontrer le bien-fondé de sa démarche. Face aux arguments du rectorat, il semblait impossible d'empêcher la fermeture du BEP électronique au profit de l'ouverture de son équivalent Bac Pro à Trappes (lycée Blériot), mais nos arguments sur le BTS CIM avaient été accueillis avec intérêt, et le recteur a accepté le principe quelques jours plus tard de maintenir ce BTS "sous réserve d'un effectif suffisant". Cette formulation laissait évidemment une marge de manoeuvre au rectorat.

2ème acte: la DGH 2009
Nous ne savions pas encore à ce moment-là que le rectorat préparait une DGH qui n'allait pas du tout dans le sens "apaisé" de notre délégation du 8 janvier, mais au contraire une DGH que l'on peut qualifier de brutale.

La Commission Permanente a été réunie le Mardi 3 Février 2009. Nous découvrons alors une dotation Globale Horaire de -150 heures pour une prévision d'effectifs de seulement moins 60 élèves, dans laquelle bien sûr le rectorat actait la perte du BEP et la perte du BTS. Le coup était rude, car nous avions demandé une DGH clémente, pour aider le lycée et son équipe à présenter un projet de remplacement du Bac Pro électronique (CEIN) par un Bac Pro plus attractif, pour la rentrée 2010, en recherchant un équilibre entre les compétences techniques présentes au lycée, les équipements existants, et les formations susceptibles d'intéresser les jeunes et offrant des débouchés. Le rectorat n'avait absolument pas écouté.

3ème acte: le CA du 9 février, suivi de l'audience à l'Inspection Académique
Le Conseil d'Administration a été convoqué à la hussarde le Lundi 9 Février, sans respecter le délai légal de 10 jours qui devait le séparer de la Commission Permanente. Un délai de 6 jours ne permet pas aux membres du CA d'étudier sereinement et avec soin la répartition de la DGH.
Les représentants des élèves, des parents FCPE, des professeurs SNES et de la LISTE INDEPENDANTE des professeurs, ont refusé de siéger au moment de délibérer sur la DGH. Les autres points à l'ordre du jour ont, par contre, été traités. Mme la Proviseur a levé la séance sans avoir pu faire voter la DGH.
Nous avons alors demandé une audience à l'IA (voir article sur le rituel des lamentations) le 11 février. Nous avons été reçus par Mmes Pasinetti (moyens informatiques) et Vandrepotte (adjointe aux lycées) à l'inspection académique du Chesnay où nous avons exposé à nouveau tous nos arguments (on est quand même patients...). Cette fois-ci , le ton a été un peu plus vif, car le dossier avait été mal préparé par nos interlocutrices, qui "n'étaient pas au courant du problème du BTS et qui allaient se renseigner".

Nous avions disséqué la DGH, et démonté point par point leurs objections et leurs prévisions d'objectifs. Nous donnons ici un aperçu de cet argumentaire:

Les effectifs trop tendus pour deux classes de terminale électronique/électrotechnique :
Nous avons rejeté l'évaluation du nombre de 29 élèves en Terminale électronique et de 30 élèves en Terminale électrotechnique : dans ces deux sections le niveau des élèves actuels de Première est très satisfaisant, il y aura donc peu de redoublements. Il suffit de lire les comptes rendus des conseils de classe du 1er trimestre. De plus les règles établies ne vont pas en faveur d'une réduction du taux de passage puisque le passage de 1ère en Terminale est de droit. L'IA nous précise qu'elle applique un taux moyen de passage de 1ère en terminale de 92%, moyenne calculée sur trois ans, alors que le taux réel de l'année dernière a été de 88%. Justement! Lorsque nous appliquons ce taux favorable de 92% à nos cas on trouve 35 élèves en électronique et 36 élèves en électrotechnique, ce qui dépasse largement la barre des 30 élèves et oblige à créer trois groupes de travail pour les disciplines technologiques en terminale. Il semble bien que l'IA n'applique ses barèmes que lorsqu'ils lui permettent de réduire les moyens à accorder!

La non fermeture du BTS :

Nous rappelons les engagements pris par le Recteur de l'Académie de Versailles sur la chaîne TVFIL78. Et que jamais jusqu'à présent, une offre de formation n'avait donné lieu à une dotation en moyens provisoires. Maria Bolzinger, représentante du SNES 78, qui était présente, a assuré que la carte de formations serait systématiquement refusée par les syndicats dans ces conditions.
Nous rappelons que le Recteur de l'Académie de Versailles a promis d'aider au recrutement des élèves. Mais nous dénonçons le piège grossier tendu par le rectorat: tant que le BTS reste ouvert "sous condition", les élèves ne seront pas tentés de s'inscrire dans une filière dont l'ouverture est incertaine. De plus nous rappelons l'épisode lamentable de l'année précédente: des profs avaient annoncé à leurs élèves qu'il n'y aurait pas de souci concernant le BTS CIM et, finalement, ces élèves se sont retrouvés obligés de suivre ailleurs leur formation, le rectorat n'ayant pas souhaité maintenir la division pour les 5 inscrits. Nous refusons de nous retrouver confrontés à nouveau à cette situation.
L'IA essaye de se défendre par rapport au recrutement des années précédentes. Seulement, l'IA occulte la montée de nos élèves de BAC PRO microtechnique. Une question est posée par les professeurs à nos interlocutrices : « Quelles formations peuvent suivre nos élèves après leur BAC PRO microtechnique ? ». Aucune réponse. Nous en profitons pour rappeler les directives de l'Education Nationale : favoriser la montée des élèves de BAC PRO en BTS.

La qualité de prévision des effectifs par l'IA :
La FCPE, forte de son expérience de l'année 2008, en profite pour rappeler à l'IA que pour l'ensemble du secteur, il y a eu systématiquement une décote de 10%. Cette méthode est connue, elle permet de transformer des heures de professeurs titulaires de leur poste en BMP, c'est-à-dire en moyens provisoires, alors que les effectifs sont constants. Tous les chiffres des années antérieures démontrent leur incapacité (ou leur mauvaise volonté) à prévoir le nombre d'élèves arrivant dans une formation. Surtout depuis le dérèglement de la carte scolaire. Les effectifs prévus par les établissements eux-mêmes étaient les bons, et dans la plupart des cas l'IA a été obligé de rendre en juin les heures confisquées en février. Nous poursuivons alors pour dire qu'il y avait eu déjà un premier sacrifice l'année précédente (-59h à effectifs constants), et que le deuxième sacrifice demandé (-150h pour 60 élèves prétendus en moins) correspondait à H/E=Heures/Elèves=2,5. Encore une fois l'IA a été incapable de nous justifier ce rapport. Ordinairement le H/E se situe aux alentours de 1,5 en lycée.

La suppression d'une classe de Seconde, et de Première :
Notre taux apparent de passage de seconde en première sur les 3 dernières années serait de 53%. Ce qui permet à l'IA de réduire d'une division nos effectifs en première. Mis nous avons fait des efforts sur le non-redoublement en Seconde (TAP de 58% cette année), conformément aux directives rectorales.
En seconde, le vivier naturel de notre lycée est constitué par quatre collèges de secteur. Mais les prévisions des élèves hors secteur est devenue impossible, à cause des demandes en classes Euro ou STI. Finalement l'IA, réservée, nous informe que c'est le service de la DOS du rectorat qui prend la décision de débloquer des heures, après négociation avec le Proviseur. Nous refusons ce désengagement de l'IA.

Les atermoiements du Ministère pour réformer la filière STI :

Nous avions déjà insisté sur ce report de la réforme STI qui handicape cette filière, et les établissements qui veulent faire évoluer leur offre dans ces filières industrielles. Les enseignants rappellent qu'une réforme a été présentée 3 ans plus tôt, sur laquelle ils avaient émis un avis favorable. Seulement cette réforme a été ajournée, puis remise, puis une nouvelle fois ajournée. Depuis toute la filière STI est dans l'incertitude complète. Ce qui coule d'une certaine manière la filière par baisse de demandes des familles hésitantes. LEs profs ne voient pas venir de réforme de la filière, mais seulement des suppressions de postes. Le Ministère de l'Education Nationale porte une vraie responsabilité avec ses atermoiments en ce qui concerne les classes de STI.
Nous finissons cet entretien en rappelant que les élus locaux (le conseiller général, François Deligné, et le maire de Montigny) avaient interpelé le recteur, et soutenaient notre démarche pour que le lycée ne subisse plus de nouveaux sacrifices injustifiés.

Pour finir, nous pourrions prendre à notre compte ce vieux dicton: "à quelque chose malheur est bon". Les parents FCPE ont beaucoup appris ces derniers mois sur l'offre de formation technique et technologique en général, et dans l'Académie en particulier, et sur les difficultés dans les filières industrielles. Quand on parle de réforme des lycées, tout le monde n'entend qu'enseignement général, alors qu'un élève sur trois en France n'est pas scolarisé dans l'enseignement général. Autre paradoxe: on ne parle en haut lieu que de "réformer" à tout prix! Mais voilà des enseignants qui réclament justement une réforme pour réadapter les filières STI! Et le Ministère traîne. Nous ne sommes pas loin de penser qu'il préfère laisser pourrir la situation pour diminuer le nombre d'élèves dans des orientations qui lui coûtent plus de postes.
Quant à l'équipe d'enseignants, elle s'est incontestablement soudée pour protéger et renforcer la filière Microtechnique, et proposer des pistes pour remplacer la filière électronique. Elle vient de proposer de participer à la refonte complète du site du lycée Emilie de Breteuil, qui ne paie pas de mine, pour assurer une bien meilleure communication autour de l'enseignement technique au lycée. Bravo!
F ANDRE



Partager cet article
Repost0
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 18:50

Dans le cadre du partenariat Lycée-Université qui se met en place entre le lycée Emilie de Breteuil et l'Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ) - voir article27 janvier donnée par Sylvie FAUCHEUX, présidente de l'UVSQ, sur le thème des métiers et formations du développement durable, précédent - les conférences thématiques se poursuivent. Après celle du
la prochaine conférence sera consacrée à un domaine plus technique, enseigné à l'UVSQ, la Robotique dans les sciences médicales.


Soirée thématique : ROBOTIQUE et SANTE

La conférence se tiendra le JEUDI 12 FEVRIER à partir de 18 heures
Université de SQY, Bd Vauban
.
(fin de la conférence vers 20h)

Note aux élèves et parents du lycée: si vous souhaitez poser des questions avant la conférence pour qu'elles soient traitées, vous pouvez les adresser à Anne Gudefin, présidente du conseil local FCPE du lycée, qui les regroupera pour les transmettre à l'administration du lycée.



Partager cet article
Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 16:41

LES PROFESSEURS et PARENTS D'ELEVES FCPE du Lycée Emilie de BRETEUIL

invitent l'ensemble des parents d'élèves du lycée à assister à une réunion d'information qui se tiendra le


VENDREDI 6 FEVRIER à 18 heures
dans la salle polyvalente du Lycée Emilie de Breteuil
(salle de la cantine - près du canal)


pour les informer et leur apporter tous les éléments qui les aideront à comprendre une situation inquiétante :
"à la rentrée 2009, une dotation DGH en baisse de 150 heures d'enseignement "

une situation qui aggrave les conditions d'étude à Emilie de Breteuil, en particulier dans les filières professionnelles et technologiques quii sont menacées (voir articles précédents dans la page Emilie de Breteuil)

Parents de Breteuil, vous êtes tous conviés à venir vous informer. 

Pour le bureau du conseil local, Cathy stevenard.

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2009 3 28 /01 /janvier /2009 17:39


 

LETTRE OUVERTE EN DESTINATION DE :

MADAME LA MINISTRE DE LA FORMATION ET DE LA RECHERCHE

MONSIEUR LE RECTEUR DE L’ACADEMIE DE VERSAILLES

MESSIEURS LES INSPECTEURS REGIONAUX

MADAME LE PROVISEUR DU LYCEE EMILIE DE BRETEUIL

MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL REGIONAL DES YVELINES

MONSIEUR LE PRESIDENT DE LA CASQY

MONSIEUR LE MAIRE DE MONTIGNY LE BRETONNEUX

MONSIEUR LE MAIRE DE GUYANCOURT

 

 

 


 

                Initialement le Rectorat de Versailles avait décidé de fermer 2 sections au lycée Emilie de Breteuil : le BTS CIM (microtechnique) et le BEP SEID (électronique).

 

            Suite aux diverses actions menées, le Rectorat de Versailles propose uniquement le maintien de la section de BTS seulement, et sur des moyens provisoires. Nous avons une incertitude concernant l’importance de la section : selon les informations transmises par le SNES qui a siégé au CTPD la proposition est d’une ½ section (15 élèves) tandis que selon Mme Gautier (information transmise par le Rectorat) la proposition est une section complète (24 élèves).

 

            Si nous nous basons sur l’interview de Monsieur le Recteur de Versailles sur TVFIL78, il est évident que nous avons été entendus sur de nombreux points : la non fermeture du BTS, la nécessité d’effectuer une opération d’information concernant le BTS et la volonté de travailler sur une nouvelle offre de formation de niveau BAC PRO.

            Ayant été entendus, nous suspendons donc l’occupation du lycée Emilie de Breteuil afin qu’une solution d’offre de formation sur le Lycée Emilie de Breteuil puisse être élaborée en présence des diverses parties (parents FCPE, Proviseur du lycée, professeurs SNES et liste indépendante, Inspection Académique et Rectorat de Versailles) .

 

A ce jour, les attentes des parents FCPE et des professeurs SNES et liste indépendante sont :

  1. Ouvrir une demi-section BTS CIM en « heures postes ».
  2. Modifier la DGH afin d’abonder en heures cette demi-section.
  3. Informer de la journée « portes ouvertes » du lycée sur le site de l’Académie de Versailles http://www.ac-versailles.fr/orientation/jpo/…..
  4. Mener des actions fortes de communication en direction des familles concernant la formation en BTS CIM (médias, CIO, etc.)
  5. Elargir le potentiel de formation professionnelle du lycée pour la rentrée 2009.
  6. Obtenir une très forte aide logistique de la part du Rectorat et de l’Inspection Académique pour mettre en place ce potentiel.

 

En quelques lignes, la justification de nos attentes est la suivante :

  1. Malgré le constat d’un recrutement insuffisant émanant du bac STI microtechnique pour le BTS CIM à la rentrée 2008, nous avons cette année, des élèves de Terminale Bac Pro Microtechnique qui sont des candidats potentiels pour obtenir une formation en BTS. Donc si on prévoit une montée de 50 % de nos élèves de Bac pro en BTS plus les habituelles demandes de Bac STI, la demi-section s’impose d’elle-même. Pourquoi en « heures postes » ? Car il faut qu’une offre forte soit proposée aux élèves pour qu’ils choisissent notre lycée pour poursuivre leurs études. On ne veut pas de message : si vous n’êtes pas assez nombreux nous ne l’ouvrons pas. Concernant les professeurs, « moyens provisoires » signifient que l’on supprime les postes et qu’on fait appel ensuite à des remplaçants selon les besoins, même si finalement la section est complète : enseignements techniques et enseignements généraux sur 2 années ! Cette précarité n’est pas acceptable ni pour les professeurs ni pour les élèves.
  2. Une DGH insuffisante, ne peut pas permettre à notre Proviseur d’assurer correctement la formation.
  3. Pas d’information implique très peu de candidats et donc fermeture à nouveau, à court terme !
  4. Ce BTS CIM est un des BTS les plus prisés dans le monde industriel de la métallurgie. Nos élèves n’ont rencontré aucun souci pour trouver leurs stages.
    Il faut donc assurer correctement la communication concernant cette filière comme pour les autres.
  5. Nous voulons absolument nous poser dans la pérennité des formations techniques au lycée Emilie de Breteuil. Nous aurions souhaité voir transformer le BEP SEID en BAC PRO SEN dans les deux champs non offerts par le lycée professionnel Blériot de Trappes. Nous envisageons aussi de voir se créer un BAC PRO proche de la filière microtechnique ou d’augmenter le potentiel d’accueil du BAC PRO microtechnique (rajouter une ½ section) afin de renforcer le recrutement en BTS CIM.
  6. Les parents FCPE et les professeurs SNES et liste indépendante se plaignent de ne pas disposer de toutes les informations (emploi et formation) nécessaires pour assurer les meilleurs choix.

     
    En conclusion, les parents FCPE et tous les élus des professeurs SNES et liste indépendante refusent le démantèlement des formations techniques et répètent leur attachement à la polyvalence du Lycée Emilie de Breteuil.






Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 17:17
Un partenariat Lycée-Université se met en place entre Emilie de Breteuil et l'Université Versailles-Saint-Quentin (UVSQ), dans le cadre de son évolution possible en dispositif "Les Cordées de la Réussite" , un label créé par le Ministère de l'Enseignement Supérieur pour promouvoir l'égalité des chances et la réussite des jeunes face à l'entrée dans l'enseignement supérieur.

Ce partenariat prendra plusieurs formes au cours de cette année exploratoire. Les dispositifs retenus par Mme Gautier, proviseure du lycée Emilie de Breteuil, et Mme Faucheux, présidente de l'UVSQ, ont été révélés aux parents d'élèves au cours d'une réunion le 14 janvier dernier.  Ces dispositifs couvrent trois missions différentes:

1. Mission d'information sur l'orientation:
Présentation des nouveaux métiers et des formations associées part le biais de rencontres thématiques.
Chaque rencontre se situe à l'amphithéâtre de l'Université de SQY, bâtiment d'Alembert,  et est découpée en 2 phases:
1h : conférence, débat, échange d'idées sur le thème abordé,
1h: présentation des nouveaux métiers et formations associées.
 
Thèmes retenus:
Développement durable: Mardi 27 janvier 09 de 18h30 à 20h30 avec Sylvie Faucheux (Présidente Université St Quentin)
Robotique et santé: Jeudi 12 Février 09 de 18h30 à 20h30 avec Stéphane Delaplace (Directeur IUT de Vélisy)
La mondialisation (Langues et études internationales): Mardi 10 mars 09 de 18h30 à 20h30 avec Laurent Bazin (Directeur du CEREL),
Patrimoine et création: Jeudi 9 avril 09 de 18h30 à 20h30 avec Jacques Pothier (Directeur du Laboraoires Suds d'Amériques)
 
2. Interventions ponctuelles de professeurs de l'Université sur des thèmes relevant de leur spécialité
L'intervention se fait sur demande d'un professeur du lycée parmi les sujets proposés.
Certaines interventions peuvent se faire en langue étrangère (allemand, anglais ou espagnol) selon les classes et les demandes des professeurs.
 
3. Stages de petites vacances
 
Des mini-stages seront proposés aux élèves du lycée intéressés pour se perfectionner dans un domaine (maths, histoire, lettres, biologie, langues, ...). Les thèmes sont encore à préciser, en fonction des propositions des enseignants de l'UVSQ et des demandes des enseignants du lycée. Par exemple: possibilité de préparer le TOIC en anglais.Eventuellement des stages en informatique (développement, programmation, ..).

Pour la conférence de Sylvie FAUCHEUX, parents et élèves, vous êtes tous invités. Venez nombreux!


Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 22:18
Nous venons de mettre en ligne l'article publié par Le parisien sur le mouvement d'occupation des professeurs de l'enseignement technique à Breteuil. Etonnés de ne pas y voir figurer l'avis des parents d'élèves FCPE, nous avons décidé de reproduire cet article sur le blog, et de publier ici notre argumentaire de parents d'élèves, ignoré par le Parisien. Une forme de droit de réponse... par défaut.

La position de la FCPE Montigny sur cet article du Parisien que nous avons décidé de reproduire (article suivant):
D'une part, cet article ne fait état nulle part de la position des parents d'élèves FCPE (qui ont pourtant été interviewés..), qui ont soutenu ce mouvement depuis l'origine. En particulier, l'article mentionne la visite chez le recteur dans ces termes: "finalement, après avoir entendu les arguments des enseignants..". Au rectorat, il y avait aussi 3 élus FCPE du conseil d'Administration, qui ont exposé leurs arguments de parents d'élèves, qui ne sont pas forcément les mêmes que ceux du corps enseignant, mais qui étaient souvent complémentaires. D'autre part, nous étions sortis de cette délégation dans l'attente d'une réponse du recteur, qui devait trancher sur la carte des formations 2009 la semaine suivante (le lundi 12 pour être précis, journée de discussions sur la DGH 2009). Cette réponse, qui semblerait indiquer que nous avons été écoutés pour le maintien du BTS CIM, ne nous est jamais parvenue par voie officielle ou écrite. Mais il paraît que le recteur l'aurait donnée hier soir sur TV-FIL 78! Sur la forme, c'est choquant! S'il faut maintenant regarder TV-FIL pour connaître les arbitrages rendus par le rectorat ou l'académie, alors nous savons ce qu'il nous reste à faire...



Nous en profitons pour rappeler l'essentiel de l'argumentaire exposé par les parents FCPE au recteur le soir du 8 janvier 2009

- Pour le maintien du BTS CIM, nous avions rassemblé un dossier de presse (articles disponibles sur le web) pour montrer qu'il existait des débouchés et une demande des industriels pour la filière Microtechnique.

- Nous avons soutenu que les accidents de recrutement des années précédentes (baisse des demandes pour le BTS) étaient en partie dus à un défaut de communication, et à une ambiguité que l'Education Nationale entretient avec le maintien d'une concurrence entre DUT (plus nobles aux yeux des familles) et BTS. Ces derniers souffrent d'une désaffection plus grande, liée à l'existence de DUT concurrents. Cette schizophrénie du système français d'éducation est d'ailleurs classique: la dualité BTS/DUT est similaire à celle de la coexistence des filières prépas (au lycée) et universitaires. La comparaison s'arrête là, car à l'inverse des classes prépas, cette dualité tourne au désavantage des filières BTS du lycée.

- Nous avons déploré que le lycée ne dispose pas de moyens pour communiquer correctement via son interface web, qui est à restructurer entièrement. Pour le rendre attractif, il faudrait des moyens humains dont le lycée ne dispose pas. Il faudrait mobiliser un enseignant avec des heures de DGH. Or nous avons besoin de nos DGH pour garder les enseignants devant les élèves. La DGH c'est fait pour de l'enseignement, pas pour faire du web ou de la logistique. La FCPE demande qu'une solution soit trouvée à ce problème, la modernisation du site, et son maintien à jour, pour communiquer avec les familles.

- Nous avons également déploré le manque de communication du rectorat en général en direction des familles pour promouvoir des formations professionnelles ou technologiques, avec des arguments sur les vrais débouchés. Nous ne percevons pas, d'ailleurs, de volonté de l'Education Nationale à promouvoir l'enseignement technique en général, en expliquant clairement les débouchés et les filières industrielles. Or l'industrie recrute, il y a des chiffres des chambres de commerce et d'industrie et de l'IUMM, et c'est ce que nous avons apporté au recteur. On ne peut pas se contenter d'arguemnts du genre:  "il n'y a pas de demande sociale des familles", ou "la microtechnique n'attire plus les jeunes", ou "nous avons trop de places" , si on fait si peu pour expliquer aux familles que ces formations donnent du travail dès la fin du BTS.

- Notre interprétation, qui ne figure pas dans l'article, est que l'attitude de l'EN n'est pas volontariste dans le domaine technique, et pour cause! Ce que le rectorat ne dit pas, c'est que les places en technique lui coûtent cher en encadrement (traduisez en rapport Heure/Eleve ou H/E dans les DGH), et donc en postes.
Souvenez-vous qu'il y a toujours 13500 postes à supprimer pour la rentrée 2009, et si les suppressions ont diminué du côté des RASED, si elles n'ont pas lieu dans l'école privée, si elles n'ont pas lieu dans les lycées d'enseignement général (selon la promesse du président à Saint-Lô), où auront-elles lieu?? La fermeture de plusieurs sections techniques dans l'Académie permet de remplir les objectifs de suppressions de postes massives qui sont demandées encore et encore par le Ministère... Fermez un BTS ou un BEP, et vous obtenez, pour une poignée d'élèves en moins, des dizaines d'heures postes économisées. D'où l'idée de fermer l'un des deux BEP Electronique (entre Blériot et Breteuil) et de relocaliser le Bac PRO SEN (Systèmes Electroniques et Numériques) sur Blériot à Trappes, car le regroupement permet aussi de resserrer ou d'optimiser le nombre de postes.

Nous avons également ajouté les arguments suivants (toujours selon notre analyse FCPE Montigny), à nos yeux aussi importants
:

Nous avons rappelé notre attachement à la vocation polyvalente du lycée, qui fait partie intégrante de son histoire. Nous avons souligné que son bassin de recrutement pour l'enseignement général n'est absolument pas suffisant pour vivre sans la structure technologique qui scolarise bon an mal an plus d'un tiers des élèves du lycée. La baisse démographique en ville nouvelle ne permet pas de penser qu'on puisse développer les effectifs de la branche d'enseignement général. Il y a 3 lycées polyvalents sur le secteur, chacun d'entre eux ayant ses caractéristiques. Il se trouve que les filières industrielles souffrent d'un déficit d'image auprès des élèves et des familles, à cause du contexte économique. Les lycées à filière tertiaire ne connaissent pas ce problème de désaffection. 
 
- Si Breteuil perd brutalement ces filières sans aucune compensation, c'est une chute assurée de la DGH par effet domino les années suivantes. Le reste des formations technologiques serait sous perfusion car isolées dans la carte des formations du 78. La filière STI s'en trouverait fragilisée. Nous avons demandé que la logique de structure pédagogique Bac Pro 3 ans --> BTS ne soit pas rompue (c'est aussi l'argument des enseignants, qui n'est pas mentionné dans l'article). Des lycées voisins, ouvertement soutenus par certains élus locaux, se voient offrir des ouvertures de formations plus prestigieuses, qui leur assurent pérennité de structure (ouverture d'un BTS et d'une classe prépa à Descartes, à mettre en relation avec la fermeture d'un BTS et d'un Bac Pro à Breteuil sans aucune compensation) et augmentation d'effectifs à moyen teme. L'heure est à la concurrence sauvage entre les lycées, mais les moyens mis à leur disposition ne sont pas égaux. Breteuil est d'accord pour faire des projets, à condition de lutter à armes égales, et de ne pas voir sa structure globale fragilisée par des fermetures intempestives.
 
- Nous rejetons l'argumentaire du rectorat qui pense mieux "soutenir" les ZEP (et donc le lycée Blériot) en y regroupant les formations techniques qui étaient localisées dans d'autres lycées. L'idée de mixité sociale est mise à mal par ce processus qui ne dit pas son nom: économies de postes. Il faut admettre, sans forcément que cela soit juste pour les ZEP, que les jeunes qui choisissent.des formations techniques dans les lycées polyvalents et non professionnels, le font aussi pour sortir des ghettos sociaux (une vérité redite par le jeune interviewé dans l'article du Parisien). Concentrer les formations techniques à Blériot (Trappes), n'est pas forcément à l'avantage de ce lycée si les jeunes choisissent de faire autre chose. Nous pensons qu'il faut lutter contre la guettoïsation scolaire engendrée par la suppression de la carte scolaire en offrant aux lycées de ZEP de nouvelles formations ou de nouvelles structures innovantes et attractives, sans forcément dépouiller les lycées "mixtes" polyvalents.
 
- La FCPE veut bien prendre acte de la baisse de débouchés professionnels pour la filière électronique dans le département. Mais elle a rappelé avec force au rectorat les atermoiements du Ministère qui repousse depuis des années la réforme complète des filières technologiques dans les lycées. Cette réforme a été gelée en 2007 avec l'arrivée du Ministre actuel, pour "réflexion", et repoussée sine die avec le report récent de la réforme dite des lycées. Or les chefs d'établissement attendent d'avoir une vision globale des futures formations technologiques à développer en lycée. Si la filière STI doit se réformer, il faut pouvoir suivre des pistes. Nous avons demandé, dans l'attente de la réforme des filières technologiques et dans le cas de figure où le rectorat maintiendrait sa décision de ne pas ouvrir de Bac Pro SEN au lycée E. de Breteuil, que l'équipe enseignante du lycée soit accompagnée pour la mise en place d'une nouvelle offre de formation dans la filière technologique.
Et il semble bien que sur ce point , nous n'avons pas du tout été entendus..
 
Tout cela n'est pas expliqué dans l'article. Cet article du blog constitue notre droit de réponse.

Les membres du bureau et les parents FCPE élus au CA du lycée Emilie de Breteuil
Anne GUDEFIN, Denis, HAVARD, Béatrice LONGAYGUE
François ANDRE, Nadine CLATOT, Denis RIERA; Cathy STEVENARD
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 10:57
In Le Parisien

3ème journée d'occupation du lycée Breteuil par les profs...

Cliquer sur l'article pour le lire



Partager cet article
Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 22:23
Deuxième nuit d'occupation pour les profs du lycée Breteuil. Leur compte-rendu

"Nous étions entre 20 et 30 personnes jusqu'à 20H environ. Nous avons organisé un repas sur le pouce dans une ambiance "bon enfant". Nous remercions les parents FCPE de leur soutien. C'est avec beaucoup de coeur que nous avons apprécié le gâteau préparé par une maman FCPE. Nous la remercions très chaleureusement.

 

Nous étions ce lundi 7 profs à dormir dans notre chaleureux lycée. Le soir et le matin de bonne heure (4H), des rondes ont été effectuées par 4 profs. Quelques insomniaques en ont profité pour travailler. Un prof ça ne se refait pas même en grève!!! En tous les cas, il y a au moins un collègue qui a très bien dormi.....

 

Une collègue est venue nous apporter un p'tit café à 8H."



Les lycéens bloquent l'entrée du bâtiment technique

L'occupation se poursuit ce soir, et les soirs suivants. Une AG est prévue vendredi soir, avec parents et lycéens.

Tvfil 78 et Le Parisien se sont déplacés pour rendre compte des événements

Partager cet article
Repost0