Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 20:42
Ce soir, le conseil municipal de Montigny s'apprête à voter la fermeture du groupe scolaire SAMAIN. Les parents d'élèves ont pourtant occupé l'école depuis jeudi 24 septembre, et bloqué les cours mardi 29 septembre, la mairie a même été occupé jusque tard dans la soirée de mardi, mais rien n'y fait: les conseillers municipaux auront entre les mains un vague dossier incriminant les baisses d'effectifs à la sourderie (qui sont exactement les mêmes partout ailleurs dans Montigny) et vont donc se décider sur la base d'arguments partiaux, habilement présentés. Ils n'auront certainement pas pris connaissance des arguments des parents d'élèves, très construits, et qui démontent un à un ceux avancés par la mairie. Petit retour sur les événements de  la semaine écoulée, qui a quand même vu une mairie des Yvelines occupée une partie de la nuit par des parents d'élèves, ce qui révèle le sentiment d'injustice et d'incompréhension qui règne après 4 mois de lutte.

Mardi 29 septembre 8h30: l'école Samain est bloquée, reportage de TV-FIL


Le reportage de TV FIL 78 (ci-dessous, journal du mardi 29 septembre) assène comme une évidence que la fermeture de Samain est justifiée par une baisse d'effectifs, et participe de ce fait à une certaine désinformation. Nous avons contacté la rédaction pour redonner nos arguments.
Dans ce reportage, il y a des constantes: il y a d'abord un inspecteur d'Académie qui monte sur ses grands chevaux avec des mots très durs ("je trouve intolérable.. ") pour voler au secours d'une mairie à court d'arguments. Pourtant l'école n'a été occupée qu'une matinée... Ce n'est pas si "intolérable" face au sort qui lui est fait l'année prochaine. L'inspecteur d'Académie ne se demande même pas si les arguments des parents sont fondés, alors que son adjointe au 1er degré a reçu pendant deux heures les parents du groupe scolaire Samain (voir notre article) la semaine précédente..
Sans surprise donc, chacun est dans son rôle: un Inspecteur faussement indigné et plutôt indifférent car déjà sur le départ (retraite), et un maire qui enfonce le clou avec quand même un argument étonnant, qui devrait inspirer tous les maires de France: il faut fermer une école (si possible grande) pour pouvoir faire les travaux d'une autre école du quartier.... Si c'est cela la seule justification pour fermer Samain...



tvfil78 29-09-2009
envoyé par fcpe-montigny. - L'info video en direct.

Mardi 29 septembre à 18h30: une petite délégation reçue par le maire et une sorte d'ultimatum

Les parents de l'école Samain sont enfin reçus par le maire pour une ultime audience avant le couperet du conseil municipal du 5 octobre. Le maire, pourtant entouré de son cabinet, n'a accepté de recevoir qu'une petite délégation (3 personnes, pas plus) pour remettre un dossier qui ne contient toujours pas le dossier d'impact demandé (voir article), mais une petite liste d'arguments qui explique pourquoi au bout du compte cela tombe sur Samain et deux hypothèses de carte scolaire. C'était la nouveauté de la semaine: après la réunion du 21 septembre, la demande faite par les parents d'obtenir une variante à l'unique scenario proposé jusque là a été suivie d'effet! Cinq jours seulement avant le conseil municipal, la mairie propose enfin 2 scenarios aux parents, et une (petite) ouverture de dialogue: "vous pouvez formuler vos remarques jusqu'à lundi si vous le souhaitez". Une forme d'ultimatum, car faire des propositions d'amendement à la carte scolaire en moins de 5 jours, en réunissant le plus de parents possibles autour d'une hypothèse, c'était au dessus des forces des parents élus et de ceux du collectif. Et jamais la mairie n'a proposé d'autre hypothèse que fermer Samain. Ce qui fait qu'entre les deux propositions de scenario, les différences sont minimes, et toujours à l'avantage du groupe scolaire Paul Fort. Cette ultime ouverture reste dans le cadre très contraint du scenario unique: Samain, Samain, et rien d'autre que Samain.
Les parents, fatigués par leur mouvement et leur travail conséquent, et lassés par la forte pression exercée par la mairie avec un calendrier de fermeture à marche forcée, ont donc décidé de ne plus rien proposer à la mairie avant le conseil municipal, estimant qu'on se moquait d'eux. Et qu'on essayait de les faire entrer dans un simulacre de concertation. Un vrai travail sur la carte scolaire, rue par rue, mérite autre chose qu'une proposition faite dans l'urgence en moins de 5 jours.



Mardi 29 septembre à 20h00: la commission municipale "Famille, Culture, Sports et Scolaire" tient une "réunion extraordinaire" à l'hôtel de ville pour présenter le dossier « Carte Scolaire – quartier de la Sourderie » qui sera inscrit à l’ordre du jour du Conseil Municipal du 5 octobre 2009.


Cette commission qui réunit 13 élus (dont seulement 2 de l'opposition), est présidée par la 1ere adjointe au scolaire, Mme Blanc, et vice-présidée par le directeur de l'école Paul Fort. Celle-ci présente aux élus sa note de synthèse, un projet de délibération et une annexe. La réunion n'a pas pu se tenir dans la salle des élus comme prévu, car la mairie commençait à être occupée par les parents d'élèves Samain, mais s'est tenue dans une autre salle de la mairie loin de la protestation des perturbateurs. Les deux scenarios proposés une heure plus tôt aux parents ont été présentés aux élus de cette commission. Lesquels se sont prononcés à l'unanimité moins 2 refus de vote (de l'opposition) pour le scenario proposé depuis le début par la mairie : celui qui remplit le plus l'école Paul Fort (+ de 400 élèves) et le moins l'école Verlaine. On sent une équipe soudée.... Evidemment, la FCPE Montigny n'est nullement surprise par cette belle unanimité..


Mardi 29 septembre au même moment à 20h00: les parents d'élèves Samain occupent la mairie, après sa fermeture au public, et commencent leur nuit de camping.

 



Partager cet article
Repost0
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 10:14
Dans la livraison du mois d'octobre de l'Ignymontain, il est à nouveau question de la fermeture du groupe scolaire Samain et du rôle des fédérations. C'est dans la version "news" en ligne du journal de Montigny, que l'on trouve un certain nombre de contre-vérités qui font croire à tous les ignymontains que les fédérations sont globalement d'accord et qu'elles "travaillent" à apporter de petites touches à la carte scolaire. Cette manière de présenter les choses est abusive, et porte préjudice à notre travail de parents d'élèves fédérés et élus dans les écoles. Nulle part il n'est écrit que nous avons dès le mois de mai refusé ce projet, et dénoncé ses conséquences néfastes en termes d'équilibres de carte scolaire à la Sourderie. Nous rétablissons ici nos vérités point par point.
Par ailleurs, la FCPE départementale (78), devant nos difficultés à Montigny, a décidé d'envoyer un communiqué de presse. Et les deux fédérations FPCE et UNAAPE de Montigny, par la voix de leurs présidents, ont demandé hier au journal un droit de réponse, lorsqu'elles ont pris connaissance des lignes ci-dessous.

FA

Journal en ligne de la ville de Montigny, news du 1er octobre: Nos réponses en rouge.

Le devenir de l'école Samain

01 oct. 2009 - 10:16

 

A la fin des années 80, Montigny le Bretonneux fut désignée " ville la plus jeune de France ", la population enfantine était alors deux fois plus importante qu’ailleurs.
Depuis le milieu des années 1990, le nombre d’enfants décroît de façon continue :
1990 : 6416 élèves
2008 : 3611 élèves soit une baisse en 18 ans de 44% ;
Ce qui a d’ailleurs conduit la ville à fermer 6 établissement au cours de ces 15 dernières années :
1989 : Ecole Maurice Genevoix
1991 : Ecole Pasteur
1992 : Ecole Andersen
1997 : Ecole Jules Ferry
2002 : Ecole Prévert
2004 : Ecole Petite Enfance

FCPE: Nul ne peut nier ces chifres! La baisse est bien de 44% sur toute la ville en 15 ans, et 43% sur la Sourderie. La Sourderie ne fait pas exception, et toute la ville est concernée par cette baisse. A la différence de certains quartiers cependant, la Sourderie a déjà fermé une maternelle (Andersen, devenu le conservatoire de musique) et un groupe scolaire important en 2002 (Prévert) pour optimiser les équipements publics. Cet effort a aussi été fait au Village (Genevoix, qui existe encore mais sous forme d'une école maternelle adossée à la primaire Poirier Saint-Martin) et aux Prés (fermeture de Pasteur, donnée au secteur privé pour devenir l'Ecole des Sources, et femreture de Jules Ferry), et enfin au Pas du Lac. Là, l'Ignymontain oublie de préciser qu'on a fermé DEUX écoles dans ce quartier et pas une seule, la Petite enfance et le Pas du Lac, et qu'on a regroupé ces deux écoles dans une école neuve, les IRIS, qui explose littéralement sous la poussée démographique du quartier.. A-t-on pris la mesure des erreurs de choix du passé? Non, car aujourd'hui, après avoir fermé une école de trop au Pas du Lac, la mairie demande la construction d'une nouvelle école pour soulager les Iris.
D'autres quartiers n'ont pas subi de fermeture: le Centre St-Quentin, le Manet, le Plan de l'Eglise, le Plan de Troux. Pourtant, là aussi il y a eu des chutes démographiques et la moyenne est partout de -44%. Par comparaison, la Sourderie a déjà fait des efforts de regroupement.
Du fait, de la construction de la ville nouvelle, le quartier de la Sourderie a une capacité d’accueil au travers de ces 5 écoles de 1968 élèves :
or, si en 1994, 1965 élèves étaient accueillis dans ces établissements, aujourd’hui ce sont 1129 élèves qui occupent ces locaux , il y a donc une baisse de 44% des effectifs.
FCPE: Oui, comme dans tout le reste de la ville, et dans les quartiers où l'on n'a fermé aucune école. 
Il apparaît donc clairement qu’il y a un groupe scolaire de trop sur ce quartier.
FCPE: pour la mairie c'est peut-être "clair", pas pour les parents. Les groupes scolaires peuvent se maintenir pour desservir leur quartier, et s'il s'agit d'optimiser le coût d'entretien des bâtiments, il y a des solutions: dans des écoles plutôt sous-utilisées, on a par la passé proposé des regrouepement de bâtiments, sans fermer de groupe scolaire (Daudet regroupé dans son élémentaire, Genevoix regroupé dans les 6 salles libres du Poirier Saint-Martin qui a été restructuré, etc..). Et cela n'a soulevé aucune protestation, car c'était du bon sens. L'an dernier Verlaine n'occupait que 2 classes de maternelle sur une capacité de 4 classes, et 6 classes d'élémentaires sur une capacité de 10 classes. C'était donc regroupable, si vraiment il s'agit d'argent...

Les dotations affectées par l’Etat aux établissements dépendent du nombre d’élèves ;pour garantir aux écoles des moyens pédagogiques de qualité, il est donc indispensable de fermer une école sur ce quartier et c’est ce que la ville avait mis en avant lors des précédentes fermetures : privilégier les moyens plutôt que multiplier les écoles à faible effectif;

FCPE: là c'est en totale contradiction avec tout le reste de la carte scolaire de Montigny. On garde au contraire beaucoup de petites écoles (majorité de maternelles à 3 classes et d'élémentaires à 5-6 classes). Pourquoi alors se focaliser sur Samain qui comportait 230 élèves l'année dernière? Et si l'on voulait "privilégier les moyens", on ne garderait pas un groupe scolaire de 85 élèves dans le sud du Manet (3 classes élémentaires et une seule classe maternelle de 25 élèves à Alphonse Daudet. Est-ce qu'un élève de la Sourderie a droit aux même égards qu'un élève de Daudet? Dans cette dernière, on est à 21 élèves/classe en élémentaire. Les parents de la Sourderie ne rêvent pas d'autre chose. La fermeture de Samain conduira d'abord à une bonne "optimisation" des postes avec des effectifs plus élevés par classe..
*Sachant que les 5 écoles de ce quartier (Paul Fort, Marie Noël, Albert Samain, Paul Verlaine, et Alexandre Dumas) ont une capacité théorique de :
classes élémentaires : 48 pour 30 occupées dont 2 CLIS (classe d’intégration)
classes maternelles : 21 pour 16 occupées .
Le choix s’est porté sur l’école Samain car il permet de proposer une meilleure répartition des élèves sur l’ensemble du quartier de la Sourderie , tout en conservant une meilleure capacité d’adaptation en cas d’évolution des effectifs . 
FAUX, cela conduit au contraire à la pire des répartitions! Les simulations établies par la mairie, à la demande pressante des parents d'élèves qui n'avaient au départ aucun élément chiffré pour juger, montrent que la fermeture de Samain conduit à créer une grosse école Paul Fort (pourquoi?) de plus de 400 élèves (jusqu'à 450 selon les projections) et un petit groupe scolaire Verlaine qui reivendrait à sa taille actuelle (170 élèves) d'ioci à 5 ans. Quel sens a donc cette répartition ? C'est ça une carte scolaire pérenne?
Ces chiffres sont très intéressants car cela démontre qu'après la fermeture de SAMAIN, le nombre de classes maternelles sera au taquet, et même en sous-nombre: Samain est une grande maternelle de 6 classes théoriques, après sa fermeture il restera donc 21-6=15 classes au total pour les maternelles. Or l'article dit bien qu'il y a 16 classes occupées actuellement dans la Sourderie (une classe vient d'ouvrir à Marie Noel). Conclusion: la Sourderie sera le seul quartier, de très loin, à occuper à + de 100% ses salles de classe.
De plus, les élèves concernés seront répartis sur les écoles situées à proximité dans le quartier ; pour certains, le trajet sera plus court et pour ceux qui seront le plus éloignés, le trajet sera rallongé de 300 m.

La ville a pris le soin d’annoncer cette fermeture plus d’un an à l’avance ;
VRAI, mais annoncé quand même juste après le mouvement des postes de professeurs dans l'Académie. Ce qui fait que les enseignants, surpris par cette annonce tardive (fin avril 2009) sont piégés dans leur affectation jusqu'à la fermeture de l'école. Voir notre article: "une école qui vous va bien". Pourtant il y a des directeurs d'école dans ce conseil municipal (retraités et actifs) qui connaissent bien cette mécanique des demandes de mutation..
des rencontres et des réunions se sont tenues avec les représentants de l’Education Nationale et des Fédérations de parents d’élèves VRAI (tous nos compte-rendus sont sur ce site, avec les dates de réunions)et chacun a reconnu qu’il y avait une école de trop dans ce quartier FAUX: comme ces réunions ne produisent aucun compte-rendu, cette affirmation n'est pas fondée. Les interventions de la FCPE et de l'UNAAPE en mai et à la commission de dérogation du 2 juin devant les directeurs d'écoles de La Sourderie et l'IEN ont été très claires: le refus, car le projet est mauvais. Il y a des témoins. Une pétition a été remise fin juin, qui rappelle les arguments fondés des parents, et l'opposition des parents élus à la fermeture.
 

Lors de la réunion du 21 Septembre, le projet de nouvelle carte scolaire a été présenté et discuté avec les fédérations de parents d’élèves et l’Inspection Académique ; VRAI si certaines questions subsistent pour les représentants des parents d’élèves, VRAI (voir notre article précédent) l’ensemble du projet a été globalement accepté FAUX* et devrait permettre une bonne répartition des élèves à la rentrée 2010 FAUX (voir nos remarques précédentes).
Aucun élève ne verra son trajet quotidien rallongé de plus de 300 m.

En parallèle de ce travail, un groupe de parents continue de s’opposer à la fermeture de l’école Samain ; si l’on peut comprendre ce refus on peut également comprendre que cette décision de fermeture assumée par la ville est un ajustement des capacités d’accueil aux besoins de la population actuelle.


*FAUX* il n'a pas été globalement accepté. c'est une interprétation du simple fait que nous discutons dans le calme, que nous acceptons d'étudier les documents fournis par la mairie pour ne pas fuir nos responsabilités, et que nous ne pratiquons pas la politique de la chaise vide pour que l'on puisse dire ensuite que les parents d'élèves n'ont pas souhaité participer à la "concertation". Rappelons que le choix nous a été imposé, qu'il est unilatéral et non négociable, aucun autre scenario de fermeture n'ayant jamais été proposé, et donc ce n'est pas de la concertation. Nos marges de manoeuvre ont été strictement réduites à étudier le déplacement de quelques pouillèmes d'élèves ou de rues pour tenter de rééquilibrer désespérément les effectifs entre les écoles environnantes, Paul Fort (qui bénéficie de la quasi intégralité du transfert) et Verlaine. Une de nos propositions de départ a cependant été retenue par la mairie: de laisser ensemble dans la même école tous les enfants des Arcades du Lac. Mais si le choix se porte sur la fermeture de Samain, cela coince.. 

Pour conclure, nous assumons notre rôle de parents élus et représentants, mais nous sommes bénévoles avant tout. Nous avons consacré énormément d'énergie et de temps à ce dossier mal ficelé, et nous sommes attristés de voir ainsi notre travail et nos positions dévoyés par le journal de Montigny, et les élus municipaux de la majorité.


Dans l'Ignymontain d'octobre 2009: L’évolution de la carte scolaire au conseil municipal de Montigny du 5 octobre 2009

L’évolution de la carte scolaire


"Le Conseil municipal sera interrogé sur l’évolution de la carte scolaire lors de sa séance du 5 octobre prochain en mairie. On n’y constatera pas d’évolution notoire sur la ville, excepté pour le quartier de la Sourderie. Compte-tenu de la baisse des effectifs depuis plusieurs années sur le quartier,  la proposition de fermeture du groupe scolaire Samain entraînera une répartition sur les 4 autres écoles du quartier. Des parents d’élèves continuent aujourd’hui de s’opposer à la fermeture de l’école. Parallèlement, les fédérations de parents d’élèves travaillent avec la ville et l’Inspection d’Académie à la répartition la plus rationnelle des élèves sur les 4 écoles du quartier. Aucun élève ne verra son trajet quotidien rallongé de plus de 300 m."

Note de la FCPE: il y a en effet une subtilité dans le vote de lundi prochain: il s'agit d'une "modification" de carte scolaire et non d'une fermeture d'école. Car il ne faut pas fermer Samain administrativement, pour pouvoir (quand? 2011? 2012?) déménager l'Ecole Marie Noel qui devra être réhabilitée comme l'ont été avant l'école du Poirier Saint-Martin et l'Ecole du Village. à la différence que dans ces deux dernières écoles, les travaux ont pu être effectués par déménagement des classes pendant un an dans les locaux des écoles voisines, avec une optimisation de l'espace disponible. Ce système a bien fonctionné, et n'a pas porté préjudice au déroulement des cours. Dans le scénario Marie Noel/Samain, c'est différent: on propose carrément de fermer une école entière et définitivement, pour accueillir l'autre école. Du jamais vu! Il n'y a qu'à Montigny en France qu'on feme une école de 230 élèves (taille du groupe scolaire en juin 2008 rappelons-le) pour refaire sols et plafonds d'une autre école.

F ANDRE

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 23:48
Dans ses différentes livraisons éditoriales depuis juin 2009, l'Ignymontain se livre à une subtile communication pour faire discrètement porter le chapeau de la fermeture de l'école SAMAIN aux fédérations de parents d'élèves.
Les parents d'élèves ont aujourd'hui le sentiment qu'on utilise le journal contre eux, en détournant leur parole et leurs intentions. Info ou intox? Il y a beaucoup de manipulation de l'opinion dans cette affaire, et ni les fédérations ni les parents d'élèves de Samain n'ont les moyens de presse de la municipalité, qui peut distribuer à 40000 exemplaires gratuitement "son" message déformé de la réalité des cartes scolaires à Montigny. Nous regrettons sincèrement qu'on dirige à mots couverts ce support de presse contre les parents d'élèves, qui sont aussi des habitants et contribuables.


La guerre de communication:
Déjà, les habitants apprenaient directement par la voix de leur journal "préféré", la fermeture de l'école Samain pour 2010, bien avant le débat ou un vote au conseil municpal  (voir notre article précédent: "pour l'Ignymontain, Samain est déjà fermé"). Une méthode brutale, car les parents d'élèves n'avaient été mis au courant que trois semaines avant la parution de cet article. Devant la résistance des parents et des fédérations, le journal s'est senti obligé de faire la petite "mise au point" ci-dessous, à laquelle nous avons répondu par voie de tract dans le quartier, pour nous défendre. Nous regrettons vraiment la tournure que prennent les événements, car nous sommes un peu diabolisés dans cette affaire par la mairie qui présente les parents du groupe scolaire Samain dans le journal d'octobre comme un groupe d'enragés qui ne représente pas la "grande majorité" (éditorial du maire). Encore une fois, on s'en prend à des bénévoles, des parents qui ont des convictions sincères en matière d'éducation. Le problème, le vrai problème, c'est que la "grande majorité" n'a comme unique source d'informations que le Journal de Montigny, un journal qui sous cette forme diffuse une propagande car il ne s'y trouve aucun argument contradictoire sérieux, alors que  les parents Samain et les fédérations ont produit de nombreux chiffres et argumentaires avec sérieux. Un journal dans lequel nous n'avons aucune colonne ouverte pour nous exprimer et expliquer aux habitants pourquoi la fermeture de Samain est un erreur et conduit à une catrte scolaire aberrante et déséquilibrée à Montigny.



La réponse en début juillet de la FCPE:


A la suite de l’article paru dans l’Ignymontain de juillet 2009

 

Maintien de l’Ecole Samain en septembre 2010


Une véritable concertation est nécessaire sur l’avenir des cinq écoles du quartier de la Sourderie :

VRAI

Aucun constat contradictoire sur le nombre des écoles primaires du quartier de la Sourderie n’a été fait à ce jour en commission :

VRAI

 

Si le groupe scolaire Samain fermait, l’école voisine Paul Fort sera surchargée, et les conditions d’accueil des élèves dégradées :

VRAI

 

Les habitants ne savent pas quelles activités vont être accueillies dans les locaux du groupe scolaire Samain :

VRAI

Question :

Avons-nous besoin dans le quartier d’un nouvel équipement collectif, d’un nouveau projet immobilier, ou bien d’une école ?

Qui détient les réponses??


Communication du 3 juillet 2009
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 00:52
Les parents d'élèves FCPE et UNAAPE et du collectif du groupe scolaire Albert Samain exposent dans la lettre ci-après ce qu'ils attendent de la mairie depuis le mois de mai, et qui n'a jamais été produit: un VRAI dossier justifiant la fermeture des écoles Albert SAMAIN. C'est ce qu'ils demandent désespérément aussi à tous les élus et pouvoirs publics auxquels ils ont écrit depuis juin dernier (Préfet, Inspection d' Académie, Sénateur Nicolas About etc ...) sans obtenir aucune réponse, sauf celle de l'Inspection d'Académie qui a reçu les parents vendredi dernier (voir article)..

Que demandent au fond les parents d'élèves du groupe Samain? Le strict minimum quand on prend une décision aussi grave que celle de fermer un groupe scolaire de taille non négligeable: une étude d'impact telle que prévue par la loi. En fait, au fil des différentes réunions à la mairie depuis juin, les parents n'ont pu obtenir que de maigres données, toutes basées sur le seul scenario qui intéresse la mairie: la fermeture de Samain, et rien d'autre.
La FCPE Montigny ne peut que constater le dialogue de sourds: en réunion, toutes nos demandes de rééquilibrage entre les groupes scolaires Paul fort et Verlaine, ont été refusées, toujours au profit d'une proposition unique, qui n'a jamais évolué, où l'école Paul Fort est remplie à saturation et Verlaine largement sous-utilisée, eu égard à l'objectif à la volonté affichée de "juste répartition" des effectifs (communiqués de presse de la mairie). Jusqu'à présent aucun dossier réel, qui ressemblât de près ou de loin à un  dossier d'impact, n'a été produit par la mairie. Nous n'avons jamais obtenu de pouvoir comparer les cartes scolaires issues des trois hypothèses de fermeture qui devraient s'imposer, à savoir les fermetures de Samain, Verlaine et Dumas. c'est ce qui est à nos yeux scandaleux.
Mme Sylvie GERARD, inspectrice d'Académie adjointe en charge du 1er degré a d'ailleurs été surprise de trouver des simulations remises aux parents allant jusqu'à 2017. Nous avons demandé ce jour une intercession de la part de l'Inspection d'Académie, en urgence dans la mesure où une école est bloquée, pour que la mairie accepte de remettre de vrais documents de travail, avec une comparaison équitable entre les scénarios de fermeture. Nous connaissons bien sûr la règle: seul le maire a compétence sur les fermetures d'écoles, nul besoin de le rappeler, mais l'inspection de l'Éducation nationale peut tout de même formuler un avis sur les "justes" répartitions d'effectifs, et leurs conséquences sur la vie des élèves.
Nous avons donc demandé par courriel à l'IEN de circonscription, de soutenir auprès du maire notre demande de repousser la décision, et que le travail sur les cartes scolaires puisse se poursuivre avec les parents.

Rappelons aux ignymontains qui ne le savent pas que dans le quartier du Pas du Lac, de lamentables erreurs de carte scolaire ont été faites en 2004. On a fermé dans ce quartier deux écoles (une élémentaire, une maternelle, respectivement dénommées "Pas du Lac" et "Petite enfance") pour tout regrouper en une école neuve, l'école des Iris, qui est aujourd'hui largement sous dimensionnée. Le déclassement de l'ancienne école du Pas du Lac rend irréversible la décision prise, et ne permet pas de rééquilibrage, sauf à demander la construction d'une nouvelle école. Et figurez-vous que c'est ce que la mairie demande maintenant: une nouvelle école, 5 ans après en avoir fermé deux! Un gâchis de 8 M€ sur lequel nous reviendrons dans ces colonnes.

FA



                                                                                              Monsieur le Maire

                                                                                               Madame la 1ère adjointe au scolaire

                                                                                               et périscolaire

                                                                                               Mairie de Montigny-le-bretonneux

                                                                                               66 rue de la Mare aux carats

                                                                                               78180 Montigny-le-bretonneux

 

                                                                                   Montigny-le-bretonneux, le 22 septembre 2009

 

Objet : Réponse suite à la réunion du 21 septembre 2009 sur la carte scolaire en présence des présidents et de représentants des fédérations de parents d’élèves, de Mmes et M. les Directeurs d’écoles et du service scolaire de la mairie.                                                               

Monsieur le Maire, Madame la 1ère adjointe au service scolaire et périscolaire

Au cours de la réunion du 21 septembre, vous nous avez remis un nouveau dossier comportant un schéma de la future carte scolaire et des tableaux de projection des effectifs sur les écoles P. Fort, M-Noel, P. Verlaine et A. Dumas.


A la lecture de ce dossier, il nous apparaît que les chiffres sont fluctuants par rapport à ceux fourni en mai. Concernant P Fort et les effectifs prévus en 2010, nous constatons :

- un manque de 40 élèves en élémentaire et un surplus de 38 élèves en maternelle, par rapport aux chiffres de mai

- l’ ‘’apparition’’ de 2 classes supplémentaires dans les locaux associatifs.

Nous demandons des explications sur ces différences de chiffres et souhaitons plus de précisions sur ces 2 classes supplémentaires.


La projection des effectifs sur les 10 ans à venir fait apparaître un déséquilibre de la carte scolaire, avec une école P Fort en hausse continue (366 en 2010 et 423 en 2018) et une école P Verlaine en baisse continue (258 en 2010 et 169 en 2018). Notre proposition de modification de la carte scolaire pour rééquilibrer ces deux écoles a été rejetée. Pourquoi ? Où est la concertation ?


Par ailleurs, le tableau des effectifs des écoles au 4 septembre 2009 montre que l’école Daudet fonctionne avec un nombre d’élèves très réduit. La question que nous sommes en droit de nous poser est : pourquoi vouloir absolument fermer un groupe scolaire de taille satisfaisante (Samain)? Pourquoi se pencher sur les écoles de la Sourderie alors que le problème est plutôt au Manet/ Plan de l'Eglise ?


Les éléments fournis à ce jour ne sont pas suffisants pour conclure à la nécessité de fermer une école à la Sourderie. Le dossier que vous nous avez remis ne porte que sur l’étude d’un scénario (fermeture de Samain) et ne comporte que les effectifs prévisionnels. Rappelons que le choix de fermeture d’une école existe entre trois écoles du nord de l’avenue Kessel (Samain, Verlaine et Dumas) et que par conséquent le dossier d’impact devrait comporter 3 scénarios de carte scolaire : fermeture de Samain, fermeture de Verlaine, fermeture de Dumas.


Nous renouvelons notre demande de nous fournir l’étude d’impact complète (voir définition ci-dessous) du projet de fermeture d’une école à la Sourderie. Dans l’attente de ce dossier, nous vous demandons de surseoir à la décision de fermeture de Samain. A l’analyse de ce dossier complet nous pourrons revoir notre position.

 

Définition du dossier d’impact :

Ensemble des éléments mis par écrit, en support à une concertation préalable:

                 - permettant de justifier la nécessité de fermer le groupe scolaire

                 - démontrant que la situation avec un groupe de moins reste acceptable

 

A savoir :

-Effectifs prévisionnels des écoles du quartier, avec et sans fermeture, sur les prochaines années

-Nombre d’enseignants des écoles du quartier à la rentrée 2010, avec et sans fermeture, en comparaison avec la situation 2009

-Etude des flux de déplacement d’élèves en justification du choix géographique de fermer Samain

-Gains économiques

-Avenir du quartier


En lien avec les effectifs prévisionnels à terme:

-Plans (des bâtiments) des 4 groupes (P Fort, Verlaine, Samain, Dumas) et schéma d’occupation de P Fort et Verlaine

-Capacité d’accueil des cantines P Fort, Verlaine, Dumas et plan d’organisation des services

-Avis de la commission de sécurité concernant les capacités d'accueil à terme des écoles et des nouvelles classes

-Etude des impacts des accès routier et piétonnier, des places de stationnement notamment autour de P Fort

-Schéma d’organisation des équipements (dortoirs, bibliothèque, informatique, sport, ateliers)

-Organisation du décloisonnement

 

Dans l’attente d’une réponse de votre part, recevez, Monsieur Le Maire, nos meilleures salutations.

 

Les représentants de parents                       Les représentants de parents                            Le collectif

                 FCPE                                                      UNAAPE

 

Ci-dessus: le scenario "Samain, Samain et seulement Samain" remis par le maire à la délégation reçue ce soir en mairie. La justification de fermeture qui sera transmise aux conseillers municipaux (qui ne liront même pas.. ) ne contiendra que quelques lignes sommaires.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2009 2 29 /09 /septembre /2009 00:15
5ème nuit d'occupation de l'école Samain: les parents espéraient encore être reçus par le maire, avec l'aide d'une médiation des renseignements généraux. En vain. Apparemment, la mairie ne souhaite plus dialoguer, pour fuir les arguments désormais bien affutés des parents d'élèves du groupe Samain, qui ont bien compris que leur école n'était pas fermée pour des raisons de répartition d'effectifs, mais pour servir d'autres desseins toujours inavoués, qui n'ont rien à voir avec un problème de carte scolaire. Il est désormais clair, au fil des dialogues contradictoires avec la mairie, que celle-ci poursuit un autre objectif sans lien avec l'éducatif. Le conseil municipal du 5 octobre se rapproche à grands pas, et la mairie se cabre sur des positions devenues de plus en plus indéfendables malgré ses communiqués à la presse, pour justifier son projet de fermeture d'un groupe scolaire de 230 élèves (juin 2009), le plus grand de la sourderie Nord, sans autre explication que "la baisse d'effectifs". A-t-on déjà fermé en France des groupes scolaires de cette taille pour des raisons de "baisse d'effectifs"?

Ce matin, au bout de la 5ème nuit d'occupation, la décision était prise: les parents d'élèves, qui occupent depuis jeudi 24 septembre l'école Albert SAMAIN de Montigny-le-Bretonneux (Yvelines) pour s'opposer à sa fermeture, ont empêché la tenue des classes mardi matin, entraînant l'intervention de l'inspectrice d'Education Nationale de la circonscription..

Les parents d'élèves occupent les salles de classe de l'école élémentaire Albert-Samain, et les enfants ont quand même été accueillis mais sans avoir eu cours.

"Nous avons demandé à être reçus par le maire qui ne pouvait nous rencontrer avant mercredi. Cela est trop tardif et nous avons donc radicalisé notre mouvement" qui consistait jusqu'alors en une occupation administrative.

Finalement, dans la journée, la municipalité a indiqué qu'une délégation de parents serait reçue mardi à 18h30 par le maire. Le maire fait valoir que la fermeture polémique "est une décision mûrement réfléchie, en accord avec l'inspection académique, et annoncée un an à l'avance". La FCPE Montigny ne doute à aucun moment que cette décision ait été mûrement préparée bien avant son annonce dans la feuille de chou locale (i.e. l'Ignymontain), mais elle abuse quand elle parle d'un accord avec l'Inspection Académique.

Selon nos sources, l'Inspection n'a été mise au courant que peu de temps avant les parents d'élèves, dénut mai 2009, bien après la tenue du CDEN qui fige la carte scolaire de la rentrée 2009.

FA


 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2009 6 26 /09 /septembre /2009 23:28
Après l'occupation spectaculaire de jeudi soir, largement relayée dans les medias, y compris nationaux, les parents d'élèves du groupe scolaire SAMAIN de Montigny ont décidé de poursuivre l'occupation de l'école tout le week-end, pour marquer leur détermination face au projet de fermeture de la mairie. Un projet qui suscite toujours autant de questions et d'incompréhension, tant chez les parents que chez les habitants du quartier.






















Dernières nouvelles:

Les parents ont reçu la garantie  - par la médiation d'un lieutenant de la police nationale  (curieusement ce sont les RG qui servent de médiateurs à Montigny) qu'une délégation de parents serait reçue par la Maire demain lundi. Il n'y a pas de garantie sur l'heure de l'audience, les parents ayant proposé 18h, mais l'horaire doit être confirmé "en bonne intelligence" lundi matin avec le secrétariat du maire.

Le mouvement d'occupation se poursuit sous sa forme actuelle (présence relayée 24h/24h et occupation administrative du bureau du directeur) jusqu'à l'audience avec le maire demain. Les parents espèrent toujours se voir remettre un dossier d'impact, tel qu'il est prévu par la loi.

Les parents d'élèves qui se rendront à cette délégation demanderont au maire le retrait de ce projet, et son retrait de l'ordre du jour du conseil municipal du 5 octobre.

Les parents d'élèves donnent rendez-vous aux parents et habitants du quartier lundi soir à 21h pour faire un compte-rendu de l'audience obtenue en urgence avec le maire.

 


La presse en parle:

Ci-dessus article du Parisien du 23 septembre , et article paru dans Les Nouvelles de Versailles du même jour.

 

Dernières NOUVELLEs de cette fin de week-end:

Au moins 1/3 des familles du groupe scolaire, selon le livre des passages, aurait témoigné un soutien direct au mouvement, ce qui est un très bon chiffre alors que les familles "sortantes" de CM2 ne sont pas concernées.


Partager cet article
Repost0
25 septembre 2009 5 25 /09 /septembre /2009 23:56
Les parents d'élèves du groupe scolaire SAMAIN ont été reçus ce vendredi par Mme Sylvie GERARD, inspectrice de l'Education Nationale adjointe en charge du 1er degré à l'inspection académique des Yvelines. Cette audience fait suite à une convocation avortée, car reçue en période de vacances scolaires d'été (lire ci-dessous).

L'audience a été longue (plus de deux heures), Mme GERARD ayant écouté attentivement l'argumentaire soigneusement préparé par les parents d'élèves (diaporama complet avec arguments chiffrés). Elle a rappelé que la fermeture d'un groupe scolaire relevait strictement de la compétence du maire, mais a accepté d'étudier ce dossier rapidement pour apporter des compléments d'informations aux parents. Ceux-ci ont au moins pu démontrer, chiffres à l'appui, que cette fermeture ne pouvait aucunement être justifiée par la baisse des effectifs, et qu'il n'y avait pas de logique à fermer cette école pour en saturer une autre voisine. Les parents attendent maintenant un retour de l'inspection dès la semaine prochaine. Le temps presse car la mairie souhaite passer en force la décision de fermeture, et soumettre au vote du conseil municipal dès le lundi 5 octobre.




















Ci-contre la convocation envoyée aux parents d'élèves dans la boîte aux lettres de l'école pendant les vacances scolaires... Ci-dessus, la préparation de l'argumentaire détaillé par les parents Samain lors de la première nuit d'occupation...













Compte-rendu de l'audience:

RESUME:
La rencontre a duré 2 heures. Une délégation de 7personnes était reçue par Mme Gérard.
Présents : Philippe Causse, Marjorie Sanches, Corinne Pouvreau, Daphné Vallon, Isabelle Bruant, Pierre Fraudeau (président de la FCPE 78),  et un responsable UNAAPE.
Les parents ont présenté leur analyse faite à partir des données fournies par la mairie cette semaine.
Voici les remarques et conclusions essentielles :
- l'inspection d'académie travaille uniquement avec des chiffres prévisionnels allant jusqu'à + 3 ans (donc, aujourd'hui jusqu'en 2011, pas jusqu'en 2017)
- d'après leur expérience, plus une école est grande, plus il y a une pédagogie dynamique qui se créée. 
- il vaut mieux qu'une CLIS soit intégrée dans une école à nombre de classes élevé (pour une meilleure intégration ensuite)
- le temps de RASED globalement dans le quartier ne changera pas si une école ferme. Il y aura un gain de temps (moins de temps morts dans les transports). La salle de RASED ne peut pas être fermée.
- on aurait dû avoir une classe de fermée en primaire cette année, mais vue la situation, l'inspection d'académie l'a laissée ouverte cette année.
- pas d'informations sur "où va aller Marie-Noël pendant les travaux" : ce problème (école fermée pour travaux) est récurrent dans le département. Ils essaient au maximum d'éviter de partager une école sur deux lieux.
- Ils constatent sur leurs chiffres que les effectifs sur Samain et sur notre quartier  de 1997 à 2008 ont diminué fortement. Il est clair qu'une école doit fermer:
Ecoles: Paul Fort, Albert Samain, Paul Verlaine, Alexandre Dumas
Maternelle:
-16% -20% -38% -23%
Elémentaire:
-23% -45% -40% +1,68%
(pour Dumas: le % positif doit probablement provenir de nouveaux immeubles)
- L'inspection d'Académie n'a aucun poids sur le choix de l'école à fermer.
CONCLUSIONS:
- les chiffres de l'Inspection d'académie montrent qu'une fermeture d'écoles est cohérente. Mais, l'inspection d'académie n'a pas à intervenir dans le choix de l'école.
- Mme Gérard va envoyer aux parents en début de semaine prochaine : l'ensemble des % de 1997 à 2008 de toutes les écoles du quartier+ les chiffres prévisionnels de 2009, 2010 et 2011. Il faut étudier ces chiffres pour voir l'allure des courbes (y a t'il eu une chute brutale ou courbe régulière?).
- A plusieurs reprises, il est apparu évident que les questions que les parents ont doivent être posées (à nouveau) au maire qui est seul à pouvoir leur répondre. Les parents ont essayé de montrer l'opacité des propos de la mairie sur le choix de Samain.
- Mme Gérard va informer l'inspecteur d'Académie de cet entretien et peut être que ce dernier contactera le maire pour lui demander de recevoir les parents.
Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 23:55
Ce soir, les parents du groupe scolaire Samain ont décidé d'occuper leur école, et d'y passer la nuit, faute d'avoir pu obtenir des garanties suffisantes sur les conditions de répartition des enfants entre les écoles voisines, et surtout en l'absence aujourd'hui d'un véritable motif de fermeture, de moins en moins clair dans l'argumentaire avancé par les élus locaux. La répartition proposée entre les deux écoles voisines consiste à créer à terme un gros groupe scolaire à effectif croissant (selon les projections avancées par la mairie) à côté d'un groupe scolaire de taille réduite, et dont les effectifs baisseront, une répartition illogique et suspecte aux yeux des parents. En outre, la mairie ne veut toujours pas dire aux habitants ce qu'elle compte faire de ce terrain après la fermeture. Il n'y a guère d'argument valable sur l'urgence de fermer, dans un quartier où les effectifs sont stables depuis 2003.
Face aux incertitudes sur les conséquences de cette fermeture pour les enfants et face aux atermoiements de la mairie, qui a plusieurs fois changé d'argumentaire pour justifier le projet, les parents ont décidé d'accroître la pression pour exprimer leur rejet de ce projet municipal toujours incompris, et pour demander son retrait.



Les medias nationaux ont relayé toute la soirée cette occupation d'école (journal d'Europe 1, France Info, publication sur le site du Figaro.fr, etc.) à partir de la dépêche de l'AFP que nous reproduisons ci-dessous. Les journalistes de TVFIL78, du Parisien et de Toutes les Nouvelles étaient également sur place pour interviewer les parents.


AFP:

Des parents d'élèves occupent une école à Montigny-le-Bretonneux (Yvelines)

Une trentaine de parents d'élèves opposés à la fermeture en juin 2010 du groupe scolaire Albert-Samain de Montigny-le-Bretonneux (Yvelines) occupaient jeudi soir cette école, a-t-on appris auprès des occupants.

Les parents, qui ont prévu d'occuper les locaux durant la nuit ainsi que de faire une occupation administrative vendredi, ont accroché à l'entrée de l'école des banderoles où était notamment écrit : "Non à la rentabilité sur le dos de nos enfants", selon Philippe Causse, un parent d'élève.

"Nous souhaitons que la municipalité revienne sur sa décision", a déclaré à l'AFP Corinne Pouvreau, représentante de la fédération de parents d'élèves FCPE.

La fermeture du groupe scolaire Albert Samain, qui accueille environ 220 élèves de maternelle et primaire, est prévue pour juin 2010.

"Si en 1994, 1965 élèves étaient accueillis dans ces établissements (les écoles de Montigny, NDLR), aujourd'hui ce sont 1129 élèves qui occupent ces locaux, il y a donc une baisse de 44% des effectifs" a fait valoir la municipalité dans un communiqué suite à l'occupation de la mairie de Montigny-le-Bretonneux mardi soir par des parents d'élèves.

"Il apparaît donc clairement qu'il y a un groupe scolaire de trop (dans) ce quartier (...) Le choix s'est porté sur l'école Samain car il permet de proposer une meilleure répartition des élèves (dans) l'ensemble du quartier de la Sourderie, tout en conservant une meilleure capacité d'adaptation en cas d'évolution des effectifs", lit-on plus loin dans le communiqué.  (Note de la FCPE Montigny: c'est une manière habile de présenter les choses. La municipalité omet de préciser aux journalistes que pendant cette période, pour amortir la baisse d'effectifs de 44% , un groupe scolaire complet a déjà fermé en 2002, l'école Prévert. L'ajustement a donc déjà été réalisé, à juste titre. Par contre, depuis 2003, la tendance à la baisse s'est amortie, et le PLU indique même une remontée de la démographie du quartier. Autre point contestable: la répartition proposée ne correspond pas du tout à une "meilleure" répartition, bien au contraire)

Les parents d'élèves contestent l'argument de la baisse des effectifs. "Les prévisions montrent plutôt une stabilité des effectifs sur dix ans", a dit M. Causse.



Les parents d'élèves étaient en fait une cinquantaine en début de soirée, ce qui représente plus d'une famille sur 4 représentée dans cette occupation, un pourcentage très significatif que la mairie devrait prendre en compte. Une vingtaine de parents passent actuellement la nuit sur place, avec repas et duvets, et seront relayés demain dans la journée par d'autres parents pour poursuivre l'occupation.


Crédit photos: F. ANDRE

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 23:20
La mairie de Montigny-le-Bretonneux a été occupée ce soir - mardi 22 septembre - par les parents d'élèves du groupe scolaire Samain et du quartier de la sourderie. Ce mouvement montre que la colère des habitants et des parents n'est pas retombée, loin s'en faut, à l'égard d'une fermeture d'école brutale, toujours inexpliquée, et illégitime au regard des effectifs. Cette colère semble surprendre la mairie qui mesure mal l'exaspération des parents d'élèves du quartier; et de parents d'élèves très attachés à leur école et son équipe pédagogique.

La chaîne de télévision numérique BFM-TV diffusait ce soir dès minuit en bandeau l'information : "Yvelines: la mairie de Montigny-le-Bretonneux occupée par quelques dizaines de parents d'élèves protestant contre la fermeture de leur école". Un journaliste du Parisien était présent sur place, et l'information était publiée dès ce soir sur leur site internet:


In le Parisien

"Quelques dizaines de parents d'élèves occupaient mardi soir la mairie de Montigny-le-Bretonneux () en signe de protestation contre la future fermeture d'un groupe scolaire.

Selon Corinne Pouvreau, représentante de la de parents d'élèves FCPE, la fermeture en juin 2010 du groupe scolaire Albert Samain, qui accueille environ 220 élèves de maternelle et primaire, est une «décision unilatérale de la mairie».

«Les enseignants, l'inspection d'académie et les parents d'élèves ont été mis devant le fait accompli» à l'annonce fin avril de cette fermeture, a-t-elle dénoncé, s'interrogeant notamment sur de possibles «raisons budgétaires».


La municipalité a fait valoir une «baisse des effectifs» dans cet établissement, dont la fermeture «fait partie d'une réflexion sur la carte scolaire». «Nous sommes très surpris de cette action car nous avions une réunion hier (lundi) avec les fédérations de parents d'élèves qui s'était très bien passée», a-t-on ajouté."

FA
Partager cet article
Repost0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 19:29

A Montigny, en cette rentrée scolaire 2009, plane toujours la menace d'une fermeture d'école, que la FCPE Montigny continue de considérer comme inacceptable et non productive. Ce qui est gênant, c'est que les medias locaux habituent déjà les habitants à cette fermeture, comme si elle était actée et irréversible. Rappelons que la mairie n'a produit aucun  dossier officiel justifiant cette fermeture, que c'est le plus gros groupe scolaire (225 élèves) parmi les 4 groupes scolaires du secteur (Paul Fort, Dumas, Verlaine, Samain). Pour le moment, cette fermeture est donc en projet, rappelons-le, malgré les affirmations du journal l'Ignymontain qui a déjà enterré l'école dans son édition de juin dernier, et malgré la résignation du directeur de l'école élémentaire qui déclare à TVFIL (voir ci-dessous l'extrait du journal de TVFIL du jeudi de la rentrée) que c'est sa dernière rentrée. Ce ne peut-être pourtant qu'un projet, car cette décision n'a pas été soumise au vote du Conseil Municipal. Et elle n'a pas l'assentiment de la population.

Il faut également savoir que les enseignants du groupe scolaire ont été brutalement mis au courant après les vacances de Pâques, c'est à dire après la clôture des mouvements académiques des professeurs des écoles. Un procédé franchement inélégant, et pour le moins étonnant pour une équipe municipale qui compte dans ses rangs plusieurs directeurs d'école actifs et retraités, dont le directeur actuel de l'une des écoles concernées par la modification de carte scolaire. Comment pouvaient-ils ne pas être au courant des conséquences d'une telle annonce sur les carrières de leurs collègues, obligés d'attendre le dernier moment en 2010 pour demander un nouveau poste dans le secteur? C'est particulièrement vrai pour les 2 directeurs de l'école Samain qui ne peuvent compter que sur la chance des mouvements en 2010 pour retrouver une direction à Montigny. Ci-dessous, nous reproduisons la lettre que les enseignants des deux écoles ont envoyée au maire, avec copie à son adjointe au scolaire, à l'inspecteur d'académie, à l'inspectrice de circonscription, et aux parents d'élèves élus.

Quant aux parents du quartier, ils se sont particulièrement mobilisés depuis juin (voir nos nombreux articles précédents), pour affirmer leur attachement à cette école, à son équipe pédagogique, à son environnement, à sa réussite auprès des enfants. En clair, pour réaffirmer que l'école Samain est une "école qui leur va bien"...


tvfil78 03-09
envoyé par fcpe-montigny. - L'actualité du moment en vidéo.


  Les parents d'élèves du groupe Samain ont décidé d'une Assemblée Générale jeudi prochain, le 17 septembre, pour poursuivre leur mobilisation.

Partager cet article
Repost0