Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

/ / /

 


Communiqué de presse

5 juin 2012

 

 


Communiqué de presse

5 juin 2012

La FCPE continue à replacer l’éducation et la jeunesse

au coeur du débat des législatives

 

La FCPE attend de la nouvelle majorité à l'assemblée le vote d’une loi d’orientation et de programmation affirmant la priorité pour l’école.

La FCPE interroge tous les candidats républicains à la députation sur le sens de leur mandature et leur engagement en faveur de l’éducation et de la jeunesse. Elle invite les candidats à répondre aux sollicitations de ses conseils départementaux lors de rencontres dans tout le pays avant le second tour.

La fédération rappelle ses exigences formulées lors son interpellation des candidats à l'élection présidentielle.

La FCPE attend des engagements en particulier pour la priorité à l’enseignement primaire, la lutte contre les inégalités, la gratuité et la transformation pédagogique en profondeur de l'école pour mettre réellement l'élève au centre.

Elle attend une reconnaissance des droits des élèves et de la place des parents dans un code de l'éducation repensé pour une école refondée.

 


 

Communiqué de presse

14 septembre 2011

 

Remplacements : un délai de carence peut en cacher un autre !

 

C’est avec consternation que les parents d’élèves du Tarn ont appris cette semaine que leur inspecteur d’académie met dorénavant en place un délai de carence de 48 heures avant de procéder au remplacement des enseignants dans le 1er degré.

L’inspection académique du Tarn est la première à avouer qu’elle n’assurera pas les remplacements : une des conséquences de la suppression de 6000 postes de remplaçants dans le 1er degré à cette rentrée, ce qui ne permet pas de scolariser les élèves dès qu’un enseignant est absent !

La FCPE demande au ministre de l’Education nationale de revenir sur la décision de l’Inspecteur d’académie du Tarn et de garantir, sur l’ensemble du territoire, le remplacement des enseignants, dès le premier jour d’absence, par des enseignants formés.

La FCPE est d’autant plus étonnée que le ministre de l’Education nationale a lui-même annoncé l’an passé la suppression du délai de carence imposé dans le second degré pour « rendre le système plus réactif ».

Les conséquences de cette décision sont prévisibles pour les enfants et leurs parents. Les élèves ne pouvant pas bénéficier de remplaçant seront tout simplement renvoyés chez eux car les autres classes sont déjà surchargées.

L’inspecteur d’académie institutionnalise ici l’ « école buissonnière » alors même que le gouvernement choisit de suspendre les allocations familiales des élèves absentéistes !


Communiqué de presse

12 septembre 2011

Cantine scolaire : stop aux décisions illégales !

 

Depuis la rentrée la FCPE est encore interpellée par des parents d’élèves qui ne peuvent pas inscrire leurs enfants  au restaurant scolaire, au motif qu’ils ne peuvent justifier d’un emploi salarié ou ne peuvent produire des documents justificatifs, tels qu’attestations d’employeurs, de Pôle emploi ou de feuilles de paye…

Il n’est plus tolérable que des municipalités continuent d’importuner parents et enfants alors que l’égalité de tous devant les services publics est un droit comme le rappellent tous les jugements des tribunaux administratifs et le conseil d'Etat ! La restauration scolaire doit être accessible à tout enfant dont les parents en font la demande. 

Après avoir écrit aux ministres de l’Intérieur pour les écoles primaires et de l’Education nationale pour le secondaire afin qu’ils demandent aux préfets et aux inspecteurs d'académie d’exercer leur contrôle de légalité sur les décisions et les règlements intérieurs, la FCPE encourage les parents d’élèves à refuser ces situations abusives et à contacter ses conseils départementaux pour qu'ils les accompagnent dans leurs démarches.

La FCPE appelle  les parlementaires à déposer une proposition de loi pour  garantir dans la loi ce droit reconnu par les tribunaux.



Communiqué de presse

 

  Paris, le 16 décembre 2010

 

Le 22 janvier, refusons le budget de pénurie de l’Éducation nationale !

 

Le collectif  «L’éducation est notre avenir » dénonce les effets catastrophiques qu’aura la mise en œuvre du budget 2011pour l’Éducation nationale, s’il est adopté par le Parlement. D’ores et déjà, compte-tenu du résultat prévisible du vote, les organisations membres du collectif appellent tous les citoyens et futurs citoyens de ce pays à un premier acte de refus des conséquences de ce budget, le 22 janvier 2011.

Le budget 2011prévoit la suppression de 16 000 emplois et n’affiche d’autre ambition pour le système éducatif que la recherche d’économies à partir du dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. Pourtant, les effectifs d’élèves vont continuer d’augmenter et la part du PIB français destinée aux enseignements primaires et secondaires a diminué dans la période récente en passant de 4,5% en 1995 à 3,9% en 2006.

Le collectif appelle lycéens, étudiants, parents d’élèves et personnels de l’éducation à participer à la journée nationale de mobilisation du 22 janvier qui prendra des formes variées dans les départements (manifestations, rassemblements, débats). Cette première étape sera, n'en doutons pas, prolongée par d'autres initiatives durant les 2e et 3e trimestres.

Ensemble, refusons les fermetures de classes, la disparition des RASED, les suppressions de places en maternelle, la baisse des dotations des collèges et lycées, le manque d'ambition du plan Licence à l'université, les réductions de postes et d’options, les hausses d’effectifs dans les classes… Exigeons une véritable formation professionnelle des enseignants sans laquelle les écarts entre élèves vont continuer à se creuser !

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique et ambitieuse.

www.uneecole-votreavenir.org


Communiqué de presse

24 novembre 2010 

ERS : et l'Ecole dans tout ça ?

 

Le ministre de l'Education nationale vient de présenter des « pistes » pour améliorer le fonctionnement des établissements de réussite scolaire, ou ERS. Il souhaite créer un programme de sport spécifique, multiplier les travaux d'intérêt général, et renforcer les partenariats avec la Protection judiciaire de la jeunesse, l'agence nationale du service civique, les équipes mobiles de sécurité et les conseils généraux.

 

Au-delà de ces effets d'annonce, la FCPE s'interroge : qu'en est-il des apprentissages ? Qu'en est-il de l'intégration de ces élèves dans leur établissement d'accueil ? Ces pistes ne pourront pallier le défaut de base des ces établissements : négliger l'éducatif et les apprentissages au profit du répressif !

 

Tous les acteurs du collège de Craon dans la Mayenne ont, en effet, dénoncé le traitement à part des élèves de lERS, entrant par une porte dérobée dans l'établissement, maintenus à l'écart des élèves du collège « normal ». Joli traitement à faire subir à des enfants en mal d'insertion que de les transformer en bêtes curieuses pour leurs pairs !

 

Les ERS ne sont que des Etablissements de Relégation Scolaire.

 

 

 


Communiqué de presse

12 février 2010

Violences à l'Ecole : traiter les problèmes de fond

 

Depuis plusieurs semaines, la FCPE sest refusée à commenter et communiquer sur les faits divers touchant certains établissements scolaires. La FCPE refuse de tomber dans un débat simpliste à visée électoraliste.

Pourtant, que n'avons-nous pas entendu ces derniers temps ! Il semble que les pouvoirs publics découvrent les problèmes de violences à l'Ecole depuis quelques semaines seulement.

Suspension des allocations familiales pour les familles d'élèves absentéistes, couvre-feu pour les mineurs, plan de « sanctuarisation », équipes mobiles de sécurité dans les établissements scolaires, telles sont les propositions et les mesurettes uniquement mises en place pour réagir à l'actualité de façon sensationnelle. Et puis, que penser de la mise en garde à vue de mineure de 14 ans interpellée chez elle en pyjama et menottée ?

Ne devrait-on pas commencer par assurer la continuité du service public d'éducation en remplaçant dès la première heure les enseignants absents, pour en finir avec les orphelins de toute heure plutôt que de tenter de leur imposer un couvre-feu après 23h00 ?

Dommage que sur ces questions, la prévention ne prévale pas sur les annonces démagogiques et que les pouvoirs publics oublient d'intervenir sur les causes des violences en milieu scolaire. 

Et pendant ce temps à l'Education nationale : suppression massive de postes, renoncement à former les enseignants à la pédagogie et à la psychologie de l'enfant et de l'adolescent, non remplacement des enseignants. Comment, dans ces conditions, former des « citoyens libres et éclairés » ? Aux problèmes de violence, on répond par la force, mais on ne renforce que la défiance.

 

On a laissé des communautés éducatives trouver seules, les voies d'une plus forte cohésion, la construction d'équipes soudées, des projets pour une meilleure mobilisation des élèves pour les intéresser à ce qu'ils font.

 

La FCPE appelle à un travail sur le fond, et demande à ce que l'on cesse les mesures « poudre aux yeux » voire liberticides. Elle souhaite que l'on travaille sur les relations entre l'institution scolaire et les élèves et leurs familles parfois trop éloignées de l'Ecole, et que l'on cesse de supprimer des postes d'adultes dans nos écoles et établissements scolaires. Cest le préalable à la lutte contre la défiance de certains jeunes à l'égard de l'institution scolaire qui ne fait plus que leur répondre par la force.



Communiqué de presse

Paris, le 7 avril 2009

 

Vidéosurveillance : nos enfants toujours plus surveillés, toujours moins éduqués.

 

La FCPE dénonce la surenchère du gouvernement en matière sécuritaire. Elle refuse que des caméras de vidéosurveillance remplacent les adultes dans les établissements. Elle refuse une nouvelle atteinte aux libertés des jeunes. Elle refuse une mesure poudre aux yeux inefficace et coûteuse.

 

Dans un objectif de réduction des « coûts », bientôt, nos enfants seront accueillis dans les établissements par des portiques détecteurs de métaux, reconnus grâce au contour de leur main et surveillés sans cesse par des caméras jusque dans les moindre recoins. Quelle belle éducation que voilà !

 

Toute la technique du monde ne remplacera pas les dizaines de milliers de postes d’adultes supprimés dans les établissements scolaires. Les parents d’élèves préfèrent que les enfants soient accueillis, pris en charge et éduqués par des adultes, surveillants, conseillers principaux d’éducation, enseignants, personnels administratifs…

 

La FCPE demande que les enfants soient éduqués avec bienveillance plutôt qu’avec vidéosurveillance !



Communiqué de presse

Paris, le 7 avril 2009

 

 

Maternelle : la FCPE demande de la clarté dans les discours ministériels.

 

L’Ecole maternelle a-t-elle une « place essentielle au sein du système éducatif français » ? C’est ce qu’affirmait à l’automne dernier le ministre de l’Education nationale, après une vague de protestations contre ses premiers propos insultants. Alors que Nadine Morano, secrétaire d’Etat à la Famille, vient d’annoncer l’expérimentation de jardins d’éveil en septembre 2009, la FCPE aimerait un peu plus de clarté au sein du gouvernement et s’inquiète de voir que l’Etat se désengage d’une de ses priorités : l’éducation. Les missions de l’Ecole maternelle sont bien différentes de celles des structures d’accueil du jeune enfant.

 

Nadine Morano avance comme unique argument en faveur des jardins d’éveil que l’accueil d’un enfant y serait moins coûteux qu’en crèche.

 

La FCPE rappelle qu’en matière de coûts, le rapport de la Cour des comptes et celui de la commission des finances du Sénat concluent tous deux en faveur de l'efficacité de l'Ecole maternelle et de son coût : elle est trois fois moins chère que la crèche.

 

Elle rappelle également que l’Ecole maternelle est le seul lieu qui accueille et scolarise les enfants sans distinction, gratuitement et sur tout le territoire français dès l’âge de deux ans.

 

Les parents d’élèves FCPE, comme nombre de leurs concitoyens, sont attachés au rôle prépondérant que joue la maternelle dans la socialisation  des plus petits et dans l’acquisition des préapprentissages nécessaires à une entrée en école primaire sereine.

 

Elle demande au ministre de l’Education nationale qu’au-delà d’un discours se voulant rassurant sur la place de l’Ecole maternelle, il agisse en accord avec ce qu’il dit et cesse les suppressions de postes

 


Communiqué de presse

Paris, le 6 mars 2009

 

L’éducation est notre avenir, nous le redirons le 19 mars !

 

Le collectif « L’éducation est notre avenir » s’est réuni le 3 mars 2009.

Il constate qu’en dépit de quelques reculs qui lui ont été imposés, le gouvernement poursuit à tous les niveaux sa politique régressive en matière d’éducation, notamment en matière de suppressions de postes.

 

Cette politique suscite des mobilisations importantes, qu’il s’agisse des enseignements scolaires ou de l’enseignement supérieur, dans lequel la communauté universitaire a déjà contraint le gouvernement à renoncer aux suppressions d’emplois programmées en 2010-2011.

 

Le Collectif considère qu’il est important de maintenir et d’amplifier les actions pour un service public d’éducation qui assure la réussite de tous les jeunes. Il apporte son soutien à l’ensemble des actions engagées et appelle à faire de la journée interprofessionnelle du 19 mars un moment fort d’expression des revendications dans l’éducation.

Unpaysuneecole-logo.jpg

 

www.uneecole-votreavenir.org

 

 

Contact presse : Laurence GUILLERMOU, tél : 01.43.57.16.16

 


Communiqué de presse

 

3 février 2009

 

La FCPE exige la semaine scolaire de

quatre jours et demi avec le mercredi matin

 

Une seconde rentrée scolaire avec une semaine sur quatre jours revient à renoncer au respect des besoins et des rythmes des enfants.

 

La FCPE lance une campagne nationale pour que les parents d’élèves élus mettent à l’ordre du jour des conseils d’école du deuxième trimestre la réorganisation de la semaine scolaire.

Elle appelle les parents à se concerter avec les villes, les équipes pédagogiques, les inspections académiques, les associations complémentaires de l’école pour proposer une semaine sur quatre jours et demi avec cours le mercredi matin, et un temps scolaire quotidien qui n’excède pas 5 heures.

Cette nouvelle organisation de la semaine permet l’adaptation de la journée de classe aux rythmes des élèves.

Les pics de vigilance des élèves qui se situent en fin de matinée et en fin d’après midi seront enfin pris en compte.

Le temps d’accueil du matin, la pause méridienne et l’après classe seront ainsi repensés.

Cette réorganisation de la semaine participe à la lutte contre l’échec scolaire.

La FCPE rappelle que le système éducatif français impose aux enfants les journées de classe les plus longues d’Europe sur l’année scolaire la plus courte.

 

 


Communiqué de presse

 

30 janvier 2009

Handicap: le CSE demande le réaménagement des horaires des épreuves lors des prochains examens

 

Sur proposition de la FCPE, le Conseil Supérieur de l’Education a adopté ce jour à l’unanimité un vœu pour que les candidats en situation de handicap bénéficient d’une pause suffisante entre deux épreuves.

 

La FCPE a remarqué que le calendrier retenu pour les examens du Diplôme National du Brevet et pour celui du Baccalauréat dans une note de service publiée au B.O. du 15 janvier aurait pour conséquence de priver de déjeuner un certain nombre de candidats en situation de handicap bénéficiant d’un tiers temps supplémentaire.

 

Ils ne disposeraient, si ce calendrier était maintenu, que de 40 minutes de pause entre les épreuves du matin et celles de l’après-midi ! C’est inacceptable.

 

Le CSE a ainsi adopté le vœu suivant :

 

«Lors de l’élaboration des calendriers des examens quels qu’ils soient, il est tenu humainement compte de la situation des candidats handicapés : une pause suffisante leur est nécessaire entre les épreuves.

La note de service publiée au B.O. n° 3 du 15/01/09 est revue et aménagée dans cet esprit.

L’attention des Recteurs est attirée sur la situation des candidats handicapés  en ce qui concerne les calendriers d’épreuves qui relèvent de leur compétence.»

 

Puisse le ministre tenir compte du bon sens unanime des membres du CSE !

 

 

 



 

Communiqué de presse

21 janvier 2009


La FCPE sera dans les manifestations du 29 janvier

 

La FCPE appelle les parents d'élèves à participer aux manifestations du 29 janvier dans toute la France pour défendre le service public d'éducation, aux côtés des lycéens et des étudiants. Elle s'associe à la revendication commune de politiques publiques ambitieuses, volontaristes, génératrices d'emplois, de valeurs et porteuses d'espoirs.

 

Parce que la formation est le meilleur rempart contre la précarité et le chômage, les parents exprimeront le 29 janvier leur exigence de la priorité à l'éducation dans notre pays.

 

Les politiques publiques doivent intégrer tous les moyens nécessaires au bon fonctionnement du service public d'éducation pour assurer l'éducation, la formation et l'intégration des jeunes dans la société d'aujourd'hui et de demain. La FCPE rappelle son refus des suppressions de postes programmées pour la rentrée 2009 et son opposition à la carte scolaire telle qu'elle commence à se dessiner dans les départements.

 

Cette manifestation sera l'expression de tous ceux qui, dans le champ associatif, éducatif et familial, c'est-à-dire dans leur vie quotidienne, sont atteints par une même volonté politique de destruction des services publics et par une volonté forcenée de faire des économies au détriment de tous et de chacun.

 


Communiqué de presse

15 janvier 2009


 

Evaluations CM2 : la FCPE demande leur report

 

 

La FCPE s'interroge sur les évaluations  de CM2 

 

S'il s'agit  d'évaluer les objectifs attendus en fin de cycle dans le cadre du socle commun afin de lutter contre l'échec scolaire et de mettre en place dès la fin du mois de janvier des mesures de remédiation pour aider les élèves à effectuer  leur entrée en sixième dans de bonnes conditions, alors la FCPE considère que ces évaluations peuvent être pertinentes.

 

En revanche, si ces évaluations  sont  une manière de sélectionner les élèves avant l'entrée en sixième, la FCPE ne peut en aucun cas accepter un tel détournement de procédure.


Elle rappelle le principe du collège unique qui prévaut aujourd'hui au sein de l'Education nationale et  les études  concordantes qui dénoncent l'inutilité et la nocivité  du redoublement. 

 

Les parents d'élèves soulignent qu'en janvier les enfants ne peuvent maîtriser l'ensemble des compétences attendues en fin de CM2, puisqu'ils n'ont pas travaillé une année scolaire complète sur les nouveaux programmes.

De plus, si ce sont les résultats à ces évaluations qui seront transmises au chef détablissement du collège ou sera inscrit l'enfant en sixième, cela signifie que les dés sont jetés dès le mois de janvier et que l'année scolaire est donc terminée. Qu'en est-il de la possibilité d'évolution de l'enfant entre le mois de janvier et le mois de juin ?

Dans un cas comme dans l'autre, l'agrégation des résultats de ces évaluations à l'échelon national ne se justifie nullement, à moins que le ministère n'ait des intentions cachées quant à leur utilisation.

La FCPE rappelle quelle s'oppose à toute publication de résultats d'évaluations école par école ce qui provoquerait une mise en concurrence inutile et préjudiciable. Elle estime par contre nécessaire que les parents rencontrent les enseignants afin de faire le bilan des évaluations pertinentes de leur enfant.

 

Devant toutes ces incertitudes et en attente d'informations complémentaires, la FCPE demande le report de ces évaluations.

 

 


Enfin entendus !

 

 

La FCPE prend acte de la décision du ministre de l’Education nationale de reporter la réforme du lycée. Vendredi encore, elle réclamait l'arrêt du projet de réforme de Xavier Darcos ainsi que la mise en chantier d'une réelle reforme du lycée qui prenne aussi en compte le palier d'orientation de la troisième.

 

La FCPE souhaite que la décision ministérielle ait bien été prise afin de laisser plus de temps à une réelle concertation.

 

Le ministre semble vouloir faire oublier qu'il a écarté de cette concertation la FCPE, la fédération des parents d'élèves présente sur tout le territoire et forte de près de 60% des voix des parents aux dernières élections en collège et en lycée.

 

Pour la FCPE, le dialogue doit continuer avec parents, lycéens et enseignants avec pour seul objectif l’amélioration du système éducatif.

 

La FCPE appelle à maintenir la mobilisation pour la défense du système éducatif et pour le retrait des projets en cours concernant la suppression des RASED, l'affaiblissement de la maternelle, et, plus généralement, un moratoire sur les reformes mises en place dès cette rentrée à l’Ecole primaire (suppression de deux heures hebdomadaires de classe en primaire, nouveaux programmes et aide « personnalisée » après la classe).

 

La FCPE rappelle au ministre que la demande de tous est aussi l'arrêt des coupes sombres dans les postes et que les parents, les enseignants, les jeunes et l'opinion, ne sauraient accepter un nouvel affaiblissement de l'Ecole publique.

 

La FCPE rappelle qu'elle restera mobilisée après les vacances de Noël, au moment où le refus des suppressions de postes devra s'exprimer dans chaque école, collège, lycée, académie.

Elle invite les parents qui veulent agir à prendre contact et rejoindre les structures départementales de la FCPE.

 


 

Réforme du Lycée : réaction commune

Communiqué de Presse du 15 décembre 2008

 

Le groupe des organisations "De l'ambition pour la réforme des lycées !" prend acte de la décision du Ministre de reporter sine die la réforme des lycées.

 

Ce renoncement à un calendrier bien trop précipité est une bonne nouvelle. Il doit permettre de mieux organiser la réforme, de mieux tenir compte des différents acteurs, pour une mise en place en septembre 2010. 

 

Mais, enterrer la réforme, suite aux multiples pressions particulières, est à présent un vrai risque : ce serait inacceptable tant une rénovation du lycée est indispensable ! Certaines propositions faites initialement par le Ministère méritaient examen, les discussions doivent être réouvertes sur ces bases. 

 

Les nombreuses organisations réunies suite à l'appel "La réforme du lycée : un essai bloqué"  poursuivent donc ensemble le travail prévu pour alimenter la réflexion sur une réforme alternative des lycées.

 

Une conférence de presse sera organisée courant janvier 2009 à ce sujet.


Contact presse
Eric de Saint-Denis, délégué général de la FESPI
06.826.426.74
A ce jour les 20 organisations suivantes ont signé cet appel pour réfléchir ensemble à des propositions alternatives :
Association des Régions de France (Commission Education présidée par Jacques Auxiette), Cemea, Confédération Etudiante, Crap-Cahiers Pédagogiques, Eclaireurs et Eclaireuses de France, Education&Devenir, FCPE, Fédération des Etablissements Scolaires Publics Innovants, Fédération des Œuvres Educatives de Vacances de l’Education nationale, Francas Groupe Français d’Education Nouvelle, Icem-Pédagogie Freinet, Jeunesse au Plein Air, Ligue de l’Enseignement, Office Central de Coopération à l’Ecole, Pupilles de l’Enseignement Public, Se-Unsa, Sgen-Cfdt, Unef, Union Nationale Lycéenne

 




Communiqué de presse

 

10 décembre 2008

 

Comment faire taire les parents ?

 

Après avoir divisé par quatre les aides à la FCPE, le ministère cherche à la faire taire en appliquant la censure sur le terrain.

 

Un inspecteur d’académie vient en effet d’interdire la diffusion d’une information d’un conseil local FCPE aux parents contre la disparition des RASED.

 

Après les menaces de sanction contre les enseignants qui contestent les réformes engagées dans l’Education nationale, voilà que l’on s’attaque désormais aux parents !

 

La FCPE en appelle à tous les acteurs de l’Ecole et aux démocrates pour rejeter avec elle ces pratiques et diffuser l’information à laquelle les parents ont droit.

 

La politique du ministre est néfaste pour l’Ecole, les pratiques du ministre sont néfastes pour la démocratie


Communiqué de presse

 

10 décembre 2008

 

10 décembre : les parents aux côtés

des lycéens et des enseignants

 

La FCPE appelle les parents à se mobiliser aux côtés des lycéens et des enseignants mercredi 10 décembre pour protester contre les réformes Darcos.

La mobilisation et linquiétude des lycéens sont légitimes. Les jeunes doivent pouvoir s'exprimer, se rassembler et aller manifester comme les adultes. La FCPE appelle les parents à être massivement présents dans les rassemblements partout en France et dans les cortèges des manifestations pour faire entendre au ministre ce quil ne veut pas entendre.

La présence d'adultes aux côtés des jeunes est essentielle pour éviter d'éventuels débordements.

Une fois de plus les manifestants rappelleront au ministre que l'Education, c'est construire en sachant où l'on va pour la réussite des jeunes et où l'on va pour la société.

 


 

L'appel du 10 décembre

Communiqué du Groupement permanent "l'Education est notre avenir"

AFL - Cé - CEMEA - CRAP-Cahiers pédagogiques - EEDF - FAEN - FCPE - FEP-CFDT - FERC-CGT - FGPEP - FIDL -
FOEVEN - Les FRANCAS - FSU - GFEN - ICEM-pédagogie Freinet - JPA - La Ligue de l’Enseignement - OCCE -
SGEN-CFDT -  UNEF - UNL - UNSA Education

                                               www.uneecole-votreavenir.org


Communiqué de presse

 

 

L’Education est notre avenir :

Le gouvernement ne veut pas l’entendre ?

Le mercredi 10 décembre, dans toutes les villes de France, enseignants, personnels, parents, étudiants, lycéens, militants associatifs, citoyens amis de l’Ecole publique,

      Faisons masse pour le crier !

L’Education, ça ne se fait pas dans la division et l’opposition,

L’Education, ça se fait dans le dialogue,

L’Education, ça se fait avec des moyens suffisants,

L’Education, ça se fait aussi avec les associations,

L’Education, c’est construire en sachant où l’on va pour la réussite des jeunes, où l’on va pour notre société,

      Ne rajoutons pas à la crise celle de l’Education : investissons pour elle !

 

M. Darcos, Mme Pécresse, Mme Bachelot, M. Barnier, M. Sarkozy,

L’Education est notre avenir !

Crions-le ensemble le 10 décembre !

 




Communiqué de presse

3 décembre 2008

 

Rapport Varinard :

mais dans quel pays vivons-nous ?

 

Cest à peine croyable ! Le rapport Varinard, rendu public aujourdhui, envisage la possibilité d'emprisonner des mineurs à partir de 12 ans et de les faire juger dès 16 ans sous le même régime que les adultes : mêmes juridictions, mêmes peines ? Si le sujet nétait pas si grave, on pourrait en rire.

La FCPE ne l'acceptera pas !

Pas plus quelle n'acceptera le fichage dans EDVIRSP de mineurs potentiellement soupçonnables de pouvoir, un jour peut-être, porter atteinte à l'ordre public Ni que des gendarmes se livrent à des interventions musclées avec des chiens dans les classes pour faire régner la terreur. Ni que l'on prenne prétexte du rapport Varinard pour relancer l'idée d'une détection précoce des troubles du comportement chez les enfants de 3 ans, eux aussi considérés comme des délinquants potentiels, comme s'y essaye l'UMP.

 

Où peut bien aller un pays qui a si peur de sa jeunesse?

 

La FCPE ne peut que se répéter : on ne prédit pas la délinquance, on la prévient.

 


 

Communiqué de presse

26 novembre 2008

 

Salon de l'Education

La FCPE continue sa campagne de mobilisation sur le mal de dos

(emplacement du stand FCPE - CE 128)

 

 

La FCPE continue sa campagne de mobilisation pour lutter contre les cartables trop lourds.

Chaque jour, les visiteurs se prêteront au jeu de porter un cartable qui équivaut encore aujourdhui à 25 % du poids moyen dun adulte alors que les textes officiels préconisent un cartable n'excédant pas 10% du poids de lélève.

Enfants et parents présents sur le salon pourront également essayer un mobilier ergonomique qui fait partie des solutions pour limiter au maximum le mal de dos chez les futurs adultes.

 

Jean-Jacques Hazan, président de la FCPE, répondra à vos questions à l'ouverture du salon sur le stand de la FCPE

 

Les administrateurs nationaux de la FCPE pourront également vous rencontrer et discuter sur tous les sujets qui mobilisent la FCPE :

-         le poids du cartable (jeudi 27 novembre)

-         l'accueil des enfants en situation de handicap (vendredi 28 novembre)

-         la santé à l'école (vendredi 28 après-midi)

-         la maternelle et l'école à 2 ans (samedi 29 novembre)

-         les remplacements et la liste de carence (dimanche 30 novembre)

-         la réforme du lycée (samedi 29)

 

 


 

 

logo-fcpe.gif

 

Communiqué de presse

3 juillet 2008

 

 

 

 

Contact Presse

Laurence GUILLERMOU

Tél : 01.43.57.16.16

06 82 81 40 82

 

 

 

Fédération des Conseils

de Parents d’Elèves

des Ecoles Publiques

 

108-110 Av. Ledru-Rollin

75544 PARIS Cedex 11

Tél : 01.43.57.16.16

 

e-mail : fcpecom@fcpe.asso.fr

Site : www.fcpe.asso.fr

 

 

 

 

 

 

Les résultats du bac : FCPE et Cnafal

prêts à aller devant la justice

 

 

 

La FCPE et le Cnafal exigent l’affichage immédiat des délibérations des jurys du bac.

Des élèves et leurs parents de plusieurs départements les ont alertés sur la publication des résultats du bac qui serait retardée de la décision prise par les jurys pour permettre une publication simultanée  de tous les résultats par des sociétés privées.

La CADA (commission d’accès aux documents administratifs) dans sa séance du 7 février 2008 avait été formelle : les élèves ne sauraient attendre quelque délai que ce soit la publication des résultats dès leur proclamation par le jury.

La FCPE et le Cnafal ont décidé, et avaient prévenu le ministère en ce sens l’an dernier, qu’ils assureront la défense des élèves pour le respect de leurs droits, s’il le faut devant la justice. 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by