Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 14:24

Le SNPDEN UNSA (syndicat national des personnels de direction de l'éducation nationale, principaux, proviseurs, adjoints, lycées, collèges, enseignement secondaire et supérieur, ERPD, EREA) vient de mettre en ligne  une enquête très exhaustive sur les conditions de rentrée, une enquête à laquelle ont répondu plus de 500 chefs d'établissements de collèges et de lycée, et qui pourrait se résumér ainsi: "Comment faire autant (et même mieux dans l'esprit des technocrates) avec moins?". Les chefs d'établissement livrent chacun leurs astuces pour faire semblant de fonctionner normalement avec des coupes sévères de DGH et de postes.. A 16 000 postes supprimés encore pour cette rentrée, les recettes proposées pour les sacrifices à faire sont très variées..

L'enquête du SNPDEN: snpden_logo.png

L'enquête du SNPDEN sur les effets des suppressions de postes répétées est très instructive à plusieurs titres (plus de 500 témoignages regroupés dans un fichier excel qu'il est difficile de résumer ici): 1) elle couvre tout le territoire et des établissements de nature variée (implantation en agglomération ou rural, profil difficile ou non, label ou non);  2) les témoignanges sont souvent sobres, dépouillés de commentaires, et correspondent à des situations bien réelles que tous les parents FCPE élus en CA de lycée ou collège connaissent; 3) un grand nombre de chefs d'établissement dénonce deux maux: l'absence de dialogue avec l'institution, et la sous-évaluation systématique des effectifs pour le calcul de la DGH; 4) mais tous ne sont pas logés à la même enseigne.

Les cours à effectifs réduits trinquent en priorité:

Ce matin dans Libération, Philippe Tournier, le secrétaire général du syndicat national des personnels de direction de l'Education nationale (SNPDEN), témoigne sur le dilemne des chefs d'établissements scolaires, à quelques jours de la rentrée des classes, marquée depuis presque dix ans par des baisses d'effectifs, et dresse la liste des questions: comment boucler les emplois du temps et tenter d'assurer la continuité du service public avec la nouvelle charette de suppressions de postes? Où couper ? Suppressions pure et simple de classes (divisions) ? Suppression des groupes de langues? Suspension des cours de soutien ? Avec quelles répercussions pour les élèves ? A défaut d'études et de données chiffrées fournies par le ministère, le SNPDEN a donc mené son enquête auprès d'un panel de 1500 établissements, publiée ce lundi 29 août.

«Paradoxalement, les effets ne se voient pas forcément le jour de la rentrée. Mais plus tard, au fil des mois, quand se pose la question du remplacement d'un professeur par exemple», selon Philippe tournier, qui constate que ce sont d'abord les cours à effectifs réduits qui trinquent. «Un tiers des établissements suppriment les opérations d'aide aux élèves», comme l'accompagnement personnalisé, mesure phare de la réforme du lycée de Xavier Darcos. «La politique du ministère n'est pas assumée. Ils suppriment des postes mais ne changent pas leur discours "on fait la même chose qu'avant et même on en fait toujours plus". Il n'y a que rue de Grenelle que l'on peut penser faire pareil avec moins». Catherine Petitot, secrétaire générale adjointe du syndicat, ajoute: «On lance des projets éducatifs qualitatifs et l'année d'après, on est obligé de les stopper faute de budget. C'est décourageant. L'effet est nul sur le plan pédagogique et dévastateur sur le moral des enseignants».

Les heures supplémentaires pour cacher la misère

Autre conséquence de la suppression de postes, le nombre d'heures supplémentaires flambe. Jusqu'à 6% de hausse en un an dans les lycées. En pratique, les heures supplémentaires cumulées représentent en moyenne l'équivalent de neuf postes temps plein au lycée, quatre au collège. «Si demain les professeurs d'un établissement refusent, comme cela leur est permis, de faire des heures sup, il y aura 28 heures non assurables, soit l'équivalent d'une classe sans professeur.»

Les établissements les plus défavorisés sont plus touchés

Selon l'enquête du SNPDEN, les établissements les plus défavorisés sont les plus touchés par ces suppressions de poste. «Les retraits de moyens se font en priorité là où des moyens supplémentaires ont été mis. Cette démarche, qui semble répondre à du bon sens, a pour conséquence redoutable de toucher de plein fouet les établissements déjà fragilisés par leur situation scolaire ou sociale.»

«Chatel, la rentrée, il la regarde de loin»

Le syndicat pointe aussi les disparités dans l'attribution des ressources entre les établissements. Tout se décide au niveau des rectorats, qui choisissent d'allouer telle ou telle dotation à tel ou tel établissement, parfois sans réelle justification. 16% des établissements interrogés disent ne pas savoir comment leur dotation est calculée. Cela participe à un climat tendu entre les établissements et le rectorat. Et Philippe Tournier de regretter: «Contrairement à ce que pense l'opinion publique, Chatel, la rentrée, il la regarde de loin. Le ministère ne s'en occupe plus du tout.»

 

F. ANDRE

Partager cet article

Repost 0
Published by FCPE Montigny le Bretonneux - dans Actualités
commenter cet article

commentaires