Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • FCPE Montigny-le-Bretonneux
  • : Site FCPE de Montigny-le-Bretonneux
  • Contact

Bienvenue à la FCPE Montigny

Bienvenue sur le blog de la FCPE de Montigny-le-Bretonneux !

 

Au nom des bureaux des conseils locaux primaire-maternelle, collèges, lycées, bienvenue sur ce site de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'Elèves) de Montigny-le-Bx qui regroupe 6 conseils locaux.... (lire la suite ici par François ANDRE)

L'Education à Montigny vous intéresse?  Contactez-nous, et rejoignez un groupe de parents d'élèves actifs. Les contacts :

Primaire maternelle : fcpe.montigny@gmail.com
Collège Les Prés : lespresfcpe@gmail.com
Collège Giacometti: tazimail@free.fr   

Collège La Couldre: fcpelacouldre@gmail.com

Blog FCPE La Couldre fcpelacouldre.asso-web.com

Lycée E. de Breteuil: fcpe.lyceebreteuil@gmail.com

Lycée Descartes: fcpe.descartes78@gmail.com

Blog FCPE Descartes http://fcpe78descartes.asso-web.com

 

 

Rechercher

Agenda

Samedi 7 septembre 2013: Forum des Associations 9h-19h

Mardi 10 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Descartes 19h

Mardi 17 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE Collège Les Prés 20h

Jeudi 19 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE lycée Emilie de Breteuil 20h

Mardi 24 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège La Couldre 18h

Vendredi 27 septembre 2013:  Réunion de rentrée FCPE collège Giacometti 20h

Jeudi 10 octobre:  Soirée Handicap organisée par la Maison de la Famille, Salle Jacques Brel 20h

Vendredi 11 octobre 2013:  Elections de parents d'élèves

Archives

Nombre de visiteurs

2 septembre 2008 2 02 /09 /septembre /2008 20:42
Pour la rentrée, un livre à découvrir d'urgence, pour comprendre comment est en train de s'organiser la privatisation de l'Education Nationale.




"Main basse sur l'école publique", un livre de Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi
 
"Jamais un chef de l'État ne s'était immiscé avec autant d'insistance dans les salles de classe, dans l'esprit des élèves, et dans les programmes et la feuille de route des enseignants", écrivent Eddy Khaldi et Muriel Fitoussi, dans "Main basse sur l'école publique", publié aux éditions Démopolis. Ils relèvent que, depuis son élection, Nicolas Sarkozy a eu "l'occasion d'imposer dans l'agenda médiatique une authentique révolution libérale dans l'Éducation nationale".

Selon eux, alors que "le président de la République est dépositaire de la laïcité, fondement de notre Constitution", le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle a choisi très vite de privilégier l'enseignement privé: "Dans ses discours de campagne, [il] n'évoquait quasiment jamais l'Éducation nationale, proposant, a contrario, et de façon très explicite, un redéploiement et une extension des établissements privés." Une préférence qui, d'après les auteurs, s'est confirmée une fois Nicolas Sarkozy élu, avec "le privilège octroyé à l'enseignement privé catholique" au sein du plan banlieues, "qui revient à permettre à la puissance publique d'aider, là où les besoins sont les plus criants, à l'essor d'une concurrence […] au service public". Cette situation profiterait, selon eux, à l'enseignement catholique, qui "fait figure d'arche de Noé […] devant le naufrage annoncé" de l'Éducation nationale. Un tel contexte serait le fruit d'une "sainte alliance entre les libéraux défenseurs d'une école marchande et des [catholiques] traditionalistes rêvant de voir les églises retrouver le monopole perdu […] de la formation des esprits".

FORMER DE FUTURS CITOYENS

Face au modèle d'enseignement privé qui "incarne une école qui fonctionne et s'administre sur le mode libéral: recrutement des élèves et des professeurs, libre choix des familles derrière lequel s'impose, en réalité, celui des chefs d'établissement", les auteurs revendiquent plutôt une école qui prend en compte "les besoins de la société" et qui "se doit aussi de former des futurs citoyens, libres et autonomes". "Or seul le service public est susceptible d'assumer cette mission dans le respect de l'égalité d'accès de tous, conformément au principe de laïcité inscrit dans le marbre de la Constitution", concluent-ils.

Main basse sur l'école publique, Eddy Khaldi, Muriel Fitoussi, Démopolis, 224 pages, 20 euros. À paraître le 25 août 2008.
ISBN: 978-2-35457-011-8


Contact: Éditions Démopolis, Laurent Hebenstreit, relations presse, 01 47 07 30 77, lhebenstreit@demopolis.fr, www.demopolis.fr



Le Monde", le 2/09 septembre 2008

Les partisans de l’école privée peuvent se réjouir. Tous ceux qui préfèrent la séparation de l’école et de l’Etat à la séparation de l’Eglise et de l’Etat, qu’ils soient ultracatholiques ou ultralibéraux, ou ultra-les deux, peuvent savourer leur victoire. La guerre scolaire est presque terminée. Et ils ont gagné. Le ver était dans le fruit depuis l’accommodement Debré de 1959, lorsque l’Etat a permis à l’école privée d’avoir le beurre et l’argent du beurre : le pouvoir de concurrencer l’école publique par la sélection et le soutien financier de l’Etat pour le faire. L’avancée de la démocratisation scolaire a rendu cette concurrence de plus en plus déloyale. Avec un objectif de 80 % au bac, des enfants venant de milieux sociaux défavorisés et des classes surchargées, l’école publique s’est mise à ramer. Pour sauver le niveau, il aurait fallu augmenter le taux d’encadrement et faire baisser le nombre d’élèves par classe. Notamment dans les ZEP. Mais les budgets n’ont pas été à la hauteur des promesses. Au lieu de concentrer ses moyens au service de l’école publique, l’Etat a gaspillé sa marge de manoeuvre en augmentant les crédits alloués à l’école privée. Les vannes sont grandes ouvertes depuis 2004, date à laquelle les collectivités locales ont obtenu le droit de financer sans limites les établissements privés. Les régions de gauche ne sont pas en reste. Alors qu’il existe toujours plus de 500 communes sans école publique, l’Etat et les collectivités financent quasiment à parité la scolarisation d’un élève dans le privé et dans le public. Cela s’appelle déshabiller le public pour mieux habiller le privé.

Pendant ce temps, l’école publique coule. Loin de lui porter secours, l’actuel gouvernement instrumentalise certaines critiques constructives pour en faire le procès idéologique, ce qui semble justifier de la regarder se noyer. L’Etat pourrait profiter du tassement de certaines classes d’âge pour faire baisser le nombre d’élèves par classe, mais il préfère baisser le nombre de professeurs. Résultat, les classes resteront surchargées. Notamment dans les quartiers populaires, où les proviseurs disent pourtant manquer de personnel encadrant. En guise de réponse, le " plan banlieue " prévoit de financer la création de 50 classes confiées à l’école privée, essentiellement catholique. " Jamais l’Etat n’avait autant organisé la concurrence de son propre service public ", commente Eddy Khaldi, syndicaliste et enseignant. Il s’apprête à publier un livre qui devrait agiter la rentrée, Main basse sur l’école publique, cosigné avec Muriel Fitoussi (Demopolis). Fouillé et documenté, il retrace de façon parfois glaçante la montée en puissance du lobbying en faveur de l’école privée ; lequel est parvenu à placer des alliés au plus haut niveau des rectorats, de l’Etat, et même de l’éducation nationale, grâce à des réseaux comme Enseignement et liberté, Créateurs d’écoles ou SOS Education. A l’image de deux directeurs de cabinet du ministre de l’éducation nationale sous Edouard Balladur, Guy Bourgeois et Xavier Darcos. Conformément à la stratégie définie par Créateurs d’école, dont il fut l’un des membres fondateurs, l’actuel ministre de l’éducation nationale ne veut pas de guerre frontale avec l’école publique, mais une " révolution de velours ". Juste assez de velours pour éviter une contre-offensive syndicale. Et ce qu’il faut de détermination pour faire avancer sa révolution, ou plutôt sa contre-révolution. Les grèves ne devraient plus être un problème grâce au service minimum, mis en place après un sondage privé décrétant que les Français y sont plutôt favorables... Une enquête opportunément commandée et financée par SOS Education. Avec ce joker, le ministre a les coudées libres. Mais, de toute façon, le plus dur est fait : la suppression de 11 000 postes de professeur dès cette année, 44 000 en quatre ans si ça continue à ce rythme, l’autonomisation des universités, la multiplication des partenariats privé-public, la déréglementation de la carte scolaire... Tout est passé comme une lettre à la poste. Y compris cette confidence d’Emmanuelle Mignon, conseillère du président de la République, rapportée par un journaliste en 2004 : " Je suis pour une privatisation totale de l’éducation nationale. " Pourquoi se gêner ?

Dans les cénacles de l’école privée, on prépare déjà la suite : le " chèque éducation ", grâce auquel chaque élève recevra directement l’aide de l’Etat pour choisir de s’inscrire dans le privé ou dans le public. Une idée empruntée au modèle anglo-saxon, qui a fait les beaux jours des écoles privées religieuses. Est-ce bien rassurant pour la cohésion sociale et le vivre-ensemble ? Jusqu’ici, l’école confessionnelle sous contrat donne le sentiment de vouloir privilégier l’enseignement au prosélytisme. Mais les temps changent. L’Eglise, qui confie de plus en plus ses missions éducatives à des courants comme l’Opus Dei ou la Légion du christ, milite pour accentuer le " caractère propre ", c’est-à-dire le caractère catholique, de ses écoles. Les autres religions ne sont pas en reste. A quoi ressemblera le vivre-ensemble quand un nombre grandissant d’élèves français aura fait ses classes dans des écoles tenues par l’Opus Dei, les Frères musulmans ou les loubavitchs ? C’est à cela que devraient penser ceux qui, à droite comme à gauche, dénoncent volontiers le repli communautaire, mais n’ont aucun courage quand il s’agit de gouverner. Au mépris de cette évidence : l’Etat n’a pas les moyens de favoriser la privatisation et la confessionnalisation de l’enseignement au détriment de son école.

Caroline Fourest est essayiste et rédactrice en chef de la revue " ProChoix "

Partager cet article

Repost 0
Published by FCPE - dans Débats
commenter cet article

commentaires